Valverde, un champion controversé

Valverde est de retour pour cette saison 2012, avec de grandes ambitions

Le 31 mai 2010, le TAS suspend officiellement Valverde et étend ainsi sa suspension sur le territoire italien à l’ensemble du monde. La suspension s’applique à compter du 1 janvier 2010, le coureur conserve alors ses titres acquis auparavant, dont la Vuelta 2009.

Retour sur les faits. 2006, « l’affaire Puerto » secoue le cyclisme. En fin d’année, le nom d’Alejandro Valverde est alors cité comme patient du sulfureux docteur Fuentes. Si le champion ibère se dit prêt à donner son ADN pour mettre fin aux suspicions, le CONI affirme début 2009 que c’est bien le sang de Valverde qui se trouvait chez Fuentes, puis l’interdit en mai de courir en Italie ce qui l’empêche de prendre le départ du Tour, passant quelques jours de l’autre côté des Alpes. Un an plus tard, c’est le Tribunal Arbitral du Sport qui le suspend deux ans pour la même affaire.

Pourtant, tous les recours ont été utilisés par les avocats du champion espagnol, autant qui furent rejetés avant sa suspension définitive. Valverde est donc suspendu sur suspicions, sans aucune preuve de son dopage – les seuls arguments du CONI retenus par le TAS étant le surnom « Valv » associé au nom de son chien sur les poches de sang retrouvées chez Fuentes. Et c’est ce que déplorent ses avocats, qui soulignent que Valverde n’a jamais été contrôlé positif, bien que considéré comme le sportif le plus contrôlé de la planète. Pour autant, le coureur accepte sa suspension même s’il clame son innocence, et assure qu’il continuera de s’entrainer et reviendra en 2012 pour continuer de gagner.

2012, retour programmé

Pendant plus de 18 mois sans compétition, Valverde n’a cessé de s’entrainer et de simuler les conditions de course. En novembre dernier, le médecin de la Movistar, Jesús Hoyos, affirmait à son sujet dans le quotidien El Pais : « Il s’est entrainé comme s’il faisait des courses, voire peut être encore plus. Il a tout fait avec beaucoup de soin, y compris pour la nourriture » avant de poursuivre : « Cette année, il aura fait 48 000 kilomètres de vélo, soit plus que lorsqu’il était en compétition […] Il pèse 60 kilos, soit le poids lors de son dernier Tour de France avec les muscles en plus, fruits des 3 000 abdominaux quotidien. Et surtout, il a toujours faim de cyclisme ». C’est dire si la motivation du double vainqueur de Liège-Bastogne-Liège est intacte.

Alors, à quel niveau faut-il attendre Valverde, qui revient actuellement à la compétition en Australie, sur le Tour Down Under ? Avant sa suspension, Valverde était considéré comme l’un des tout meilleurs puncheurs, redoutable sur les courses par étapes d’une semaine, et venait tout juste de parvenir à ses fins sur grand tour en remportant son tour national, la Vuelta, en 2009. Au vu de l’entrainement suivi par l’ancien leader de la Caisse d’Épargne ces derniers 18 mois, nul doute qu’à 31 ans, il n’a pas perdu toutes ses capacités. Plus affuté que jamais, Valverde saura sans doute tirer son épingle du jeu lorsqu’il en aura l’occasion, sa vitesse de pointe lui permettant de régler un petit comité au sprint.

Mieux, Valverde reste attendu sur les ardennaises, où personne ne voit plus comment battre Gilbert. Or, en 2010, Valverde bat le numéro 1 mondial 2011 au sprint à Liège pour la dernière place sur le podium. Le début de saison du champion espagnol nous éclaircira ainsi sur sa condition et ses capacités sur les terrains vallonnés et arrivées en côte. Cette saison, il fait des classiques son grand objectif du début de saison.

Début de saison après lequel il concentrera sa préparation sur le Tour de France, où l’espagnol veut prendre le départ. Une vingtaine de mois après son dernier grand tour, où situer « El imbatido » sur trois semaines ? Le Murcian, s’il n’est pas ravis du parcours qu’il juge « Pour Wiggins ou Evans » peut tirer son épingle du jeu. Dans les premières étapes vallonnées tout d’abord où il retrouvera de nouveau Gilbert, mais aussi dans les étapes de montagne. A la manière d’un Samuel Sanchez cette année, Valverde n’aura pas la pancarte, à contrario d’un Contador ou d’un Evans. De plus si les rouleurs semblent avantagés avec 100 kilomètres de chrono, ce tracé doit forcer les grimpeurs à passer à l’offensive dès qu’ils en auront l’occasion. Enfin le premier contre la montre est vallonné, et le leader de la Movistar peut limiter la casse dans cet exercice  – comme lors du Dauphiné 2008, où il gagne devant Cadel Evans. Le double vainqueur du classement UCI peut alors tout à fait enlever une étape et terminer dans le Top 10 en juillet. Une chose est certaine, Valverde s’est donné les moyens de ses ambitions.

Adrien Picard

Publicités

Un commentaire sur “Valverde, un champion controversé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s