Christina Watches-Onfone, une équipe à part

Les deux leaders Schumacher et Rasmussen étaient présents au Tour de San Luis

L’’équipe danoise créée par Michael Rasmussen il y a maintenant un an est une formation vraiment particulière. De part les coureurs qui la composent notamment. Il y a un vrai contraste entre les leaders, très âgés, et les jeunes, venus pour apprendre. Voici une petite revue d’effectif.

L’’équipe Christina Watches-Onfone fait figure d’exception dans le peloton. Aucune autre équipe ne lui ressemble, et c’’est là l’’idée de l’’homme qui est à sa création, le danois Michael Rasmussen. Le grimpeur repenti a crée une formation à son image. Composée en majorité de coureurs danois, seules quelques exceptions sont venues rejoindre l’ancien meilleur grimpeur du Tour. Il y a là Frederik Wilmann le Norvégien de 26 ans mais surtout deux anciens que sont Stefan Schumacher l’’Allemand et Angelo Furlan l’’Italien. La moyenne d’âge des trois leaders est donc de 34 ans, quelque chose d’inédit.

Mais le manager général Michael Blaudzun n’’est pas assez fou pour compter uniquement sur les anciens, dix autres danois composent l’’équipe. Des jeunes comme Rasmus Guldhammer, Alexander Kamp, Niki Byrgesen, Martin Lind, Jimmi Sorensen ou encore Kristian Sobota. Ils ont tous moins de 23 ans et pourront profiter de l’’expérience des trois « vieux » pour s’’aguerrir. Enfin, on devrait plutôt dire quatre car il faut rajouter René Jorgensen, 36 ans. Daniel Foder, Martin Pedersen et Michael Reihs complètent l’’effectif.

Rasmussen n’a jamais abandonné

Ce nom vous évoque forcément quelque chose. Rasmussen a brillé, notamment sur le Tour. Le Danois est même entré dans la légende de la Grande Boucle. Deux maillots à pois, une septième place au général et surtout, une victoire qui lui tendait les bras en 2007. A quelques jours de l’’arrivée, le grimpeur de la Rabobank avait répondu présent à toutes les attaques d’Alberto Contador, alors nouvel arrivant sur le circuit. L’’étape durant laquelle le Tour emprunta le col de Peyresourde restera une étape mythique du Tour de France. Cependant, Rasmussen est bien connu des services anti-dopage et sa réputation le suit déjà. Son équipe prend elle-même l’’initiative de l’’exclure de la course à quelques jours de Paris, alors qu’’il a le maillot jaune sur le dos…

Depuis, c’’est la traversée du désert pour « Rasmu ». Alors âgé de 34 ans, on pensait que cette exclusion marquerait la fin de son incroyable carrière. Que nenni, le danois a poursuivi. Une suspension purgée puis des années de galère chez Tecos puis Miche, il a finalement crée sa propre équipe, avec un objectif simple : participer au Giro 2012. Malheureusement, Christina Watches-Onfone n’’a pas obtenu de licence Continentale Pro et ne pourra être invitée sur le Tour d’Italie. Une grande déception pour Rasmussen mais il ne va pas s’’arrêter là. Après une participation au Tour de San Luis dans la discrétion, sa forme devrait monter crescendo tout au long du début de saison pour tenter de gagner des étapes de montagne sur des courses de seconde zone. Et on sait qu’’il en est capable ! En tous cas avec cet homme, on est sur qu’’il aime vraiment le vélo. Il ne court plus le Tour de France et se contente de celui de Serbie mais reste assidu et donne toujours tout. Un vrai forçat de la route, Michael Rasmussen force le respect.

Schumacher, l’’autre repenti

L’’autre ancien dopé de l’’équipe, c’’est Stefan Schumacher. Celui qui porte le même nom que la légende de la Formule 1 a brillé un an après le danois sur le Tour de France. Les deux chronos remportés avec une facilité déconcertante, un maillot jaune fièrement arboré pendant près d’’une semaine, même Cancellara ne s’’en est pas remis, lui, le maître de la discipline. Mais le verdict, s’’il a tardé à tomber, est sans pitié pour l’’ancien vainqueur de l’Amstel Gold Race. Le Tour achevé depuis plusieurs mois, il est déclaré positif et doit faire une croix sur ses deux succès acquis sur la Grande Boucle.

Comme Michael Rasmussen, l’’Allemand a donc du purger sa peine de deux ans de suspension. Et comme Rasmussen, à son retour il a signé dans l’’équipe Miche. Si ensuite Schumacher n’’a pas immédiatement accroché au projet de Rasmussen en 2011, il l’’y rejoint un an après la création, et ce malgré que l’’équipe ne figure pas en Continental Pro. Vainqueur de deux étapes du Tour des Asturies l’’an dernier et d’’autant du Tour d’Azerbaïdjan, l’’Allemand de 30 ans reste une valeur sûre dans les contre la montre et sur les terrains vallonnés. Il ne fait aucun doute qu’’il devrait rapporter des bouquets à l’’équipe danoise cette saison et pourquoi pas faire pencher la balance pour une possible intégration en Continental Pro dès la saison prochaine.

Furlan, le sprinteur désigné

La troisième star de cette équipe est incontestablement Angelo Furlan. L’’Italien, ancien coureur du Crédit Agricole et de la Lampre n’’a pas eu de problèmes de dopage pour sa part. Si certains de ses anciens co-équipiers chez Lampre comme Cunego et surtout Ballan ont été impliqué dans l’’affaire « Mantoue », son nom n’’a lui jamais été évoqué. Et c’’est tant mieux pour lui et l’’équipe Christina Watches-Onfone, que certains aurait aimé définir comme une équipe de dopés. Le sprinteur de 34 ans fait lui son métier dans les règles de l’’art et réussi tout de même à lever les bras régulièrement. Si ses plus beaux succès sont les deux étapes de la Vuelta qu’’il a remporté en 2002, il s’’est illustré à bien d’autres reprises.

On peut notamment penser à sa deuxième place sur Paris-Tours en 2010, derrière Oscar Freire. Mais désormais, Angelo Furlan s’’adonne donc à fond pour l’’équipe danoise. Intégré à l’’effectif dès sa création, l’’Italien est celui qui a rapporté le plus de victoires à l’’équipe l’’an passé. Trois étapes du Tour de Serbie et le GP Tallinn-Tartu. Un bon début pour l’’équipe et la preuve que même à son âge, Furlan a de beaux restes. Cette saison il sera de nouveau le sprinteur vedette et on espère qu’’il pourra encore ramener de nombreux bouquets à l’’équipe. Tout comme Rasmussen, Schumacher et les autres, dont l’’ambition est grande. Cette équipe très particulière n’’a pas atteint l’’objectif de participer au Giro 2012 mais s’’en est déjà fixée de nouveaux. Alors sait-on jamais, peut-être verra-t-on prochainement l’’équipe Christina Watches-Onfone sur un Grand Tour…

Robin Watt

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s