Le TAS à contre temps ?

Alberto Contador a été suspendu... un an et demi après les faits

Cette semaine, deux décisions du Tribunal Arbitral du Sport ont fait débat. La suspension d’Alberto Contador après plus d’un an et demi de procédure, puis celle, rétroactivement, de Jan Ullrich, plus de quatre ans après la fin de sa carrière. Avec des décisions qui ont traîné en longueur et qui paraissent encore douteuses pour beaucoup, le TAS est loin de faire l’unanimité.

L’image du cyclisme était à la hausse. De moins en moins de suspensions, ou du moins, pas de grosses pointures connus des non-observateurs qui s’empressent de crier au « sport de dopés » lorsqu’ils ont connaissance d’un cas de dopage avéré. En fermant les yeux sur les pratiques dopantes qui sont également légion dans tous les sports. Cependant, la suspension du triple vainqueur (et maintenant plus que double) du Tour Alberto Contador a eu l’effet d’une bombe. Tout le monde en a entendu parler, et beaucoup ressortent les vieux clichés contre le cyclisme. Et chez les suiveurs, la déception est pour certains encore plus grande puisque le TAS a mis plusieurs mois voir plusieurs années pour Jan Ullrich afin d’appliquer ces sanctions. L’une des instances les plus importantes semble véritablement fonctionner à contre temps, et ce n’est pas une bonne nouvelle pour le cyclisme.

Une attente qui enlève tout sens aux sanctions ?

Un an et demi après le contrôle positif de Contador, plus de cinq ans après l’implication de Jan Ullrich dans l’affaire Puerto, les sanctions sont très tardives. Ce qui enlève pas mal de sens et même de crédibilité. Le Tour 2010 finalement attribué à Andy Schleck, ou bien la troisième place du Tour 2005 perdue par Jan Ullrich et qui revient à Francisco Mancebo, quelle gloire y’a-t-il pour ces deux là ? Ils sont les dindons de la farce. Leur nom apparaîtra sur les palmarès mais dans les têtes, Contador aura bien gagné le Tour 2010, et Ullrich aura bien combattu avec Armstrong et Basso en 2005. En réalité, plus que les sanctions, c’est même le TAS lui-même qui perd une part de crédibilité.

A l’instar des autres instances, l’UCI et l’AMA en tête de liste, le Tribunal Arbitral du Sport a une réelle longueur de retard sur les pratiques du peloton professionnel. Du coup, la supercherie est souvent découverte longtemps après les faits, et les sanctions prises à contre temps. Et si ce sera surement toujours comme cela, on regrette toujours que les tricheurs ne soient pas découverts bien plus tôt. Comme Ricco ou Kolobnev, qui ont été pris la main de le sac quelques jours après les faits, et sanctionnés dans la foulée. Le problème reste le même, les grands coureurs arrivent toujours à faire traîner les dossiers. Parce qu’ils ont de meilleurs avocats parfois, mais surtout parce que les instances n’osent pas les suspendre. Si leurs sanctions sont donc parfois atténuées ou repoussées, on parle bien plus d’eux et ils ne renvoient pas une bonne image du cyclisme. Mais une nouvelle fois, c’est le retard scientifique des instances qui est à l’origine de tout ça. Pour déceler certains produits illicites, il faut parfois du matériel très poussé, que tous les laboratoires ne possèdent pas. Du coup, pas mal de coureurs passent à travers les mailles du filet.

Des sanctions pour l’exemple ?

En plus de cela, ces sanctions douteuses peuvent paraître avoir été prises pour l’exemple. Car honnêtement, l’affaire Ullrich était oubliée par tous et la décision, à part relancer la polémique, n’a pas de réel impact sur l’aspect sportif, d’autant plus que l’Allemand ne court plus. Concernant Contador, ce sont les quantités retrouvées qui incitent au doute. Le médecin Jean-Pierre de Mondénard explique d’ailleurs que certaines hypothèses ne sont pas à exclure. « Si des traces de clentubérol ont bien été retrouvées dans l’urine du coureur espagnol, les quantités détectées étaient infimes voire même dérisoires. L’éventualité d’une contamination involontaire n’est donc pas à exclure et apparaît beaucoup plus crédible que beaucoup l’ont laissé entendre ». D’autant plus que Contador a été contrôlé lors du jour de repos. « L’effet stimulant sur l’appareil respiratoire que peut avoir le clentubérol ne fonctionne que le jour de l’absorption. La veille, ça ne marche pas et le lendemain encore moins.»
Selon Mondénard, le TAS a peut-être subi des pressions de l’AMA pour « sanctionner une star du peloton. Pour le symbole. Voir Contador échapper à toute sanction aurait été un nouveau camouflet pour elle et son action.» Et de conclure, catégorique : « Le TAS a donc dû tordre les faits pour arriver à argumenter sur une « hypothèse ». Ceci n’est pas digne d’une instance de jugement internationale au plus haut niveau »

N’oublions pas cependant que comme je l’ai dis auparavant, tous les laboratoires ne disposent pas du même matériel. Et que, par conséquent, avec de moins bons outils, les traces de clenbutérol dans les urines de Contador auraient pu passer inaperçus. Mais avec un matériel encore plus poussé, l’hypothèse de trouver une quantité plus élevée dans le sang de l’espagnol n’est pas à exclure. Il semblerait donc que le doute persistera toujours sur cette affaire. Cependant, il n’y en a aucun quand au fait que le TAS a une nouvelle fois agit avec un temps de retard. Que ce soit pour l’affaire Contador ou celle qui concerne Ullrich. Les sanctions ont perdu du sens, de la crédibilité et peuvent même sembler n’avoir été prises que pour l’exemple. Les instances vont devoir faire face aux critiques dans un premier temps, et on l’espère évoluer dans un second pour améliorer le système qui a véritablement un temps de retard…

Robin Watt

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s