2012, l’année de Tom Boonen ?

Tom Boonen vient de remporter le Tour du Qatar pour la quatrième fois

A l’image de son équipe, Omega Pharma – Quick Step, le coureur belge est très en vue, en ce début de saison. Vainqueur d’une étape sur le Tour de San Luis – où son coéquipier Levi Leipheimer s’est adjugé le classement général – et surtout du Tour du Qatar avec en prime deux étapes, que peut-on attendre de l’ex-champion du monde cette année ?

Malheureux depuis plusieurs saisons, « Tommeke » n’est pas fini, et veut faire parler de lui en 2012, tout comme son équipe, qui, avec l’arrivée du sponsor Omega Pharma, s’est renforcée cet hiver, avec les arrivées de Tony Martin, Peter Velits ou encore Levi Leipheimer, vainqueur du Tour de San Luis, notamment. Avec dix victoires au compteur, depuis la reprise, la formation de Patrick Lefevere est en confiance.

Mais le sprinteur et flandrien espère briller un peu plus tard, sur les pavés. Ce sont des courses qu’il affectionne tout particulièrement, puisqu’avec pas moins de 11 classiques remportées, il est l’un des grands spécialistes du peloton. Cependant, même s’il a gagné trois étapes au sprint depuis l’ouverture de la saison, nous ne pouvons plus vraiment le classer parmi les grands sprinteurs tels que Cavendish, Greipel ou encore Farrar.

Est-il en forme trop tôt ?

Certes, il y avait de grands noms au Qatar. Mais pour beaucoup de sprinteurs, cette course n’était qu’une simple épreuve de reprise, alors que l’on sait l’importance que porte Tom Boonen à ce tour, qu’il vient de remporter pour la quatrième fois de sa carrière. Le Belge est affûté, et à l’air de retrouver une bonne pointe de vitesse. Le maillot vert de la Grande Boucle 2007 et son équipe ont su gérer la dernière étape comme il le fallait en évitant les chutes ou incidents mécaniques. Cependant, Cavendish a réussi à gagner une étape en étant bien loin de son pic de forme. Preuve que le Tour du Qatar n’est pas une référence au niveau des sprints.

Surtout que le natif de Mol est connu pour ses débuts de saisons en fanfare et ses baisses de régime ensuite. En sera-t-il de même cette année ? Ou alors, assisterons-nous au renouveau de Boonen ? De nombreuses questions nous passent par la tête, mais une chose est sûr, c’est qu’il est bel et bien motivé pour gagner de nouveau, et a retrouvé le plaisir de monter sur un vélo avec une équipe de copains, comme il le dit si bien. Il faudra voir si comme à la grande époque, il arrive à jouer la gagne sur les flandriennes mais aussi sur les sprints. Peu de coureurs y arrivent, comme on est en train de le voir avec Thor Hushovd qui se concentre davantage sur les classiques, au dépend des sprints. A 31 ans, ce n’est pas en général l’âge où l’on revient au top niveau. Alors si Tom Boonen est un coureur à part, il ne faut tout de même pas le surestimer…

Que peut-il espérer ?

Malchanceux ces dernières saisons, il aura à coeur de bien faire en 2012, mais en a-t-il les moyens ? Hormis sa victoire à Gand-Wevelgem, aucun grand succès ne s’est ajouté à son palmarès en 2011. Un petit air de revanche donc pour Tom Boonen, qui espère un succès au Tour des Flandres ou à Paris-Roubaix. Et on le sait, il en a les moyens. Pas très loin au Tour des Flandres l’année dernière, c’est véritablement sur Paris-Roubaix qu’il s’est raté. Mais on ne peut pas lui en vouloir tant la physionomie de la course a été spéciale. Cette saison, avec une équipe dévouée et un Chavanel en équipier de grand luxe, Boonen peut faire très mal sur les classiques et le duel annoncé avec Cancellara et Hushovd sera passionnant.

La véritable inconnue se trouve dans la capacité du belge à être performant sur les sprints. Une participation au Tour n’est pas à exclure mais n’a rien d’une formalité. Ce Tour qui l’avait vu remporter le maillot vert à deux reprises mais qui l’a aussi vu malchanceux ces dernières années. Si le meilleur sprinteur 2007 venait à s’aligner à Liège au mois de Juillet, ce serait un signe qu’il vise réellement les sprints. Et il est bien le mieux placé pour juger de ses aptitudes à se battre pour la victoire dans des arrivées massives. Pour l’instant, on ne peut pas tirer d’enseignements dans ce domaine. Les victoires en Argentine et au Qatar ne sont pas assez significatives, même si elles sont encourageantes.

Steven Le Floch

Publicités

Un commentaire sur “2012, l’année de Tom Boonen ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s