Offredo, une suspension sévère ?

Ce jeudi matin, le jeune coureur français de la FDJ a été suspendu un an, jusqu’au premier février 2013, par la commission de discipline de la Fédération Française de cyclisme. Il n’a pas été contrôlé positif mais a eu trois « no-show », c’est-à-dire trois infractions au règlement de localisation en 18 mois. Le monde du cyclisme s’indigne. 

Les suspensions dans le cyclisme sont monnaie courante depuis le Tour 1998 et l’affaire Festina. Mais ces derniers temps, les suspensions et affaires pleuvent, mais souvent sans contrôle positif. Il y a eu l’affaire Puerto en 2006, où Basso, Ullrich et Valverde notamment ont été suspendu sans contrôle positif  ou l »affaire des passeports biologiques avec Valjavec et Pellizotti entre autres. Depuis un moment, c’est le problème des « no-show » qui secoue le monde du vélo. Armstrong et Cavendish ont eu des problèmes, mais ces deux là ne risquaient pas d’être suspendu. Mais lors de ces derniers mois, c’est Alex Rasmussen et Gregory Baugé, le pistard, qui ont raté trois contrôles. Le danois risque deux ans de suspension et Baugé a été suspendu un an. Ce 23 fevrier, c’est donc Yoann Offredo qui a été suspendu à son tour.

Le cas Offredo

Pourquoi le francilien a-t-il été suspendu ? Il a manqué à trois reprises aux règles de localisation antidopage. Le premier, le 31 décembre 2010 et le second, qui s’est déroulé le 30 juin 2011. Pour ces deux contrôles, il avait fourni en retard son programme. Le troisième se déroula durant le mois de juillet 2011, où il omit d’annoncer un changement de programme, il avait participé à une course qui n’était pas dans son programme. C’est ce dernier manquement qui indigne le coureur français et son équipe, surtout Marc Madiot. Offredo est fautif sur les deux premiers, mais pas sur le dernier, où il participait à une course.

Une sanction sévère 

Yoann Offredo est un fervent défenseur de la lutte contre le dopage, on ne peut en douter. Il a été suspendu pour des manquements administratifs et non pour cause de dopage. En comparaison, Vinokourov avait été suspendu qu’un an, lors de sa première sanction, pour un contrôle positif sur le Tour 2007. Contrairement à Baugé, Offredo n’a pas eu de sanction rétroactive. C’est une sanction sévère, d’autant plus que le français a fourni des preuves et a prouvé sa sincérité. Yoann devra donc regarder ses coéquipier pendant un an, alors que cette saison aurait dû être celle de la confirmation. Alors, faut-il changer le règlement ? La réponse est oui. Tous les sportifs doivent être disponibles à tout moment de la journée. Le système Adams est déjà très contrariant, mais si en plus on suspend des coureurs aussi longtemps, sans preuve de dopage… Les sportifs s’indignent contre le système et les suspensions, ces derniers se sentent lésés, sans liberté. L’écart entre les coureurs et les dirigeants se creuse. La lutte contre le dopage dans le cyclisme est admirable, mais pour supprimer ce mal, doit-on en arriver à suspendre des coureurs innocents et les obligés à respecter des règles si draconiennes ?
Les instances du cyclisme et du sport devront y réfléchir, avant de se mettre tous les sportifs et supporters à dos.

Mehdi Khouch

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s