Bradley Wiggins est attendu

Avec un Tour de France 2012 qui semble lui convenir, l’Anglais Bradley Wiggins veut s’inviter parmi les cadors, comme en 2009, mais pour cette fois jouer la gagne. Troisième de la dernière Vuelta, le leader de l’équipe Sky va devoir répondre présent dans quelques jours sur Paris – Nice, le premier gros rendez-vous de la saison.

Le premier vrai test

La course au soleil depuis quelques années fait figure de mini Tour de France. Si les étapes de montagne n’y sont pas nombreuses depuis quelques éditions, laissant des coureurs du profil de Luis Leon Sanchez ou Tony Martin remporter la course, c’est la première épreuve de l’année qui peut véritablement donner des indications sur l’état de forme des coureurs. Et par conséquent sur les objectifs qui pourront en découler. La période à laquelle se déroule la course est censée être celle d’un premier pic de forme pour la plupart des prétendants à la victoire finale dans le Tour de France, qui en général courent les classiques ardennaises. On se rappelle de la victoire de Cadel Evans dans le Tirreno – Adriatico l’an passé, l’Australien avait ensuite remporté le Tour quelques mois plus tard.

Troisième de Paris – Nice en 2011, « Wiggo » avait été contraint à l’abandon sur le Tour. Se rabattant sur la Vuelta, il y avait terminé à la troisième marche du podium alors que ce n’était pas un objectif en début de saison. Cette fois, avec un parcours qui lui convient beaucoup mieux et un programme axé sur la Grande Boucle, le britannique peut légitimement nourrir certaines ambitions. Bradley Wiggins en est bien conscient et affirme lui-même être venu pour jouer la gagne dès dimanche sur Paris – Nice. « C’est la première course World Tour de la saison sur le sol européen, nous allons simplement chercher à poursuivre sur notre lancée. C’est le but ».

Des courses françaises pour arriver à ses fins

Toutefois, l’Anglais n’est pas tout seul à viser la victoire finale sur la Côte d’Azur. Il devra batailler pendant une semaine pour ramener la tunique jaune. Et s’il pourra compter sur ses qualités de rouleur pour prendre de l’avance sur la plupart de ses adversaires, il devra aussi limiter la casse lors de l’étape reine qui arrive à Mende. Si Wiggins peut réussir de belles ascensions, celle de Mende, très raide, devrait lui poser quelques soucis. En Espagne, c’est sur les pentes du très raide Angliru qu’il avait laissé ses espoirs de victoires en septembre dernier. Le phénomène pourrait se répéter là où Jalabert s’était brillamment imposé un 14 juillet 1995.

Après ça, on devrait revoir Wiggins en France au mois de juin, sur le Dauphiné. La course que l’Anglais a remporté en 2011 s’avère être une préparation parfaite pour le Tour. Prenons une nouvelle fois l’exemple de Cadel Evans qui a participé au Dauphiné l’année dernière avant de remporter le Tour un mois plus tard. L’Australien avait notamment profité du contre la montre pour reprendre le maillot jaune à Andy Schleck la veille de l’arrivée à Paris. Un contre la montre identique à celui du Dauphiné, auquel l’ancien champion connaissait donc à la perfection. C’est donc dimanche une étape très importante de sa préparation que va entamer Bradley Wiggins, même si celle-ci est commencée depuis bien longtemps en interne. Ce sera le premier test et l’Anglais va devoir se montrer à la hauteur. Il est très attendu et personne ne lui fera de cadeaux.

Robin Watt

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s