Sean Kelly, Président de la course au soleil

Sean Kelly c’est bien évidemment un grand sprinteur et un grand homme des classiques. Mais c’est aussi sept victoires finales dans Paris-Nice. Un chiffre assez étonnant pour un coureur qui à l’époque, était bien seul de son type. Sprinteur, puncheur et presque grimpeur, ce qui est aujourd’hui de plus en plus commun était à l’époque une exception, pour un coureur exceptionnel. 

Quatre fois vainqueur du classement par points du Tour de France et du Tour d’Espagne. Vainqueur de Liège-Bastogne-Liège, Paris-Roubaix et Milan-San Remo à deux reprises et du Tour de Lombardie une fois de plus. Il ne manque bien que le Tour des Flandres à ce palmarès de chasseur de classiques. Trois fois second du Ronde, l’Irlandais ne parviendra jamais à réunir dans sa seule vitrine les cinq monuments du cyclisme. La Vuelta qui s’est aussi ajoutée à son palmarès en 88 ne remplacera pas le mythe belge mais c’est une belle façon de montrer que Kelly savait aussi grimper. Mais ceci n’était plus à prouver. Huit fois dans le top 10 d’un grand tour et lauréat à sept reprises de Paris-Nice, le natif de Carrick-on-Suir savait vraiment tout faire.

Un septennat légendaire 

Avec un an de retard sur l’élection au printemps 1981 de François Mitterrand, un Irlandais nommé Sean Kelly arriva au pouvoir de la course au soleil. Mais il n’y avait bien que la durée du mandat qui était commun aux deux hommes. Lorsque Mitterrand profitait d’élections en bonne et due forme, Kelly prenait place sur la première marche du podium suite à un coup d’état. Une passation de pouvoir entre lui et son compatriote Stephen Roche, vainqueur un an plutôt. Un pays jusque là absent de l’histoire du cyclisme était en train de faire son trou.

Cependant, il aura fallu attendre quelques années pour voir Sean Kelly à ce niveau lorsque la route s’élève. Bien loin des Hinault, Van Impe, Fignon et autres Zoetemelk qui survolent la concurrence dans ce domaine, cela suffit à l’Irlandais pour s’imposer quand il le faut. Vainqueur à sept reprises de Paris-Nice, ce fut à chaque fois avec la manière. Les concurrents souvent loin derrière et Kelly savourant longuement sa victoire. Adepte du proverbe « bien mal acquit ne profite jamais », celui qui a remporté plus de vingt étapes sur les grands tours n’était pas un gagne petit. Tous ses adversaires s’en rendirent compte en mordant la poussière lorsqu’ils tentèrent de faire dérailler la machine sur sa course.

Les meilleurs n’ont pu contester 

Alors qu’on peut regretter les parcours trop classiques et pas assez spectaculaires de Paris-Nice depuis quelques années, au profit d’un Tirreno-Adriatico qui attire de plus en plus, c’était loin d’être le cas à l’époque de l’Irlandais. La course des deux mers aujourd’hui considérée comme la préparation parfaite pour Milan-San Remo n’avait pas cette réputation auparavant. Et c’est bien Paris-Nice, avec des parcours dignes d’un « mini Tour de France », qui avait ce rôle. Les plus grands s’y rendaient, et ils ont tous terminés à un moment derrière Sean Kelly.

Joop Zoetemelk, Hennie Kuiper, Bernard Hinault, Laurent Fignon, Greg Lemond, Stephen Roche, Urs Zimmermann, les noms ont de quoi faire rêver, mais aucun d’entre eux n’a réussi à faire tomber Sean Kelly durant sept années de domination sans partage. Et même en 1984, lorsque son compatriote Stephen Roche termine à 12 petites secondes de la victoire finale, Sean Kelly n’a pas tremblé. Si l’on peut au final reconnaître aisément que l’Irlandais n’avait aucun charisme, on peut aussi s’apercevoir qu’il avait un énorme talent. Sept Paris-Nice dans la besace, Kelly est bien le maître, que dis-je, le Président de cette course. Surement à tout jamais car aujourd’hui, il est difficile d’imaginer un coureur se prendre d’affection pour cette course au point d’y venir jouer la gagne sept années consécutives. Ce record risque de ne jamais être battu, et c’est tant mieux !

Robin Watt

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s