Chainel : « Bien figurer sur les classiques »

Steve Chainel, 3e du dernier championnat de France de cyclo-cross fait partie des valeurs sûres du cyclisme français. Polyvalent, le coureur de la FDJ peut avoir de belles ambitions pour cette saison. Entretien avec un personnage fort sympathique.

Chronique du Vélo : Bonjour Steve. Première question, comment vous sentez-vous en ce début de saison ?

Steve Chainel : Je me sens plutôt pas mal, même très bien. En plus on approche de la période ou je souhaite être en forme à savoir celle des classiques. J’ai bien récupéré mentalement de ma saison de cyclo-cross, je suis désormais depuis trois semaines un véritable routier comme on dit dans le jargon.

CDV : Comme quel type de coureur vous considérez-vous ?

S.C : Je me considère d’abord comme un puncheur, ensuite je suis un vrai coureur de classiques ! Je suis vraiment le type de coureur qui aime se surpasser sur un jour, sur une course, une épreuve. J’ai pourtant gagné le Circuit de Lorraine, qui est une course de cinq jours, mais ma préférence va aux classiques. J’ai la chance d’être rapide au sprint également, je peux battre pas mal de coureur grâce à ma pointe de vitesse.

CDV : Vous qui courrez en cyclo-cross l’hiver et en route le reste de l’année, que préférez-vous ?

S.C : Je dois avouer que je n’ai pas de préférence. Je suis a fond en cyclo-cross pendant l’hiver et a fond sur route tout le reste de l’année. Si je devais faire un choix, je serais pour le moment incapable de choisir, j’aime trop les cyclo-cross pour arrêter et en même temps je ne me vois pas faire que ça, j’aime la route et ses classiques. Depuis que je suis en école de cyclisme j’ai toujours été polyvalent comme cela, je faisais toujours les initiations hivernales en cyclo-cross… J’ai même obtenu mes premiers résultats significatifs en cadet en cyclo-cross. Donc je préfère concilier les deux.

CDV : Combien de kilomètres avez-vous fait depuis le début de l’année ? Et en général, à combien êtes-vous en une saison ?

S.C : Je ne compte pas mes kilomètres mensuels ni même annuels. Je sais que ça peut paraître bizarre mais je ne m’occupe pas du nombre de kilomètres que j’effectue sur l’année. Je roule surtout en nombre d’heures de selle. J’ai quelques bases, je sais environ dans quelle zone je suis à telle période de l’année mais je ne suis pas là à regarder ou calculer combien de kilomètres je fais.

CDV : Comment se déroulent vos entrainements ?

S.C : J’ai travaillé pendant 10 ans avec Gérard Brocks, le coach de Julien Absalon et de Pauline Ferrand Prevot, entre autre. J’ai donc acquis une certaine expérience, que ce soit à tous les niveaux, entrainement scientifique avec la qualité, mais aussi quantitatif, approche psychologique, etc… Depuis quatre ans je m’entraine seul sans l’aide d’entraineur personnel. Je roule seul, avec ma femme ou bien avec l’équipe. Aujourd’hui j’ai 28 ans, donc je suis à un âge où heureusement, je sais ce qui me convient ou pas, d’un point de vue du travail a l’entrainement.

Je sais combien de temps rouler avant tel ou tel objectif, ou bien si je dois au contraire récupérer. Je sens tout ça et c’est un bon avantage ! Je roule aussi en fonction de plein de paramètres, comme la fatigue, la maladie, les compétitions… En général je travail beaucoup mes points fort, j’aime bien aller dans mes bosses habituelles, elles font entre 1 et 1,5 kilomètre et sont très pentus. J’aime ce type de bosses, je les montes à bloc sans réfléchir, 5 fois à 10 fois, cela dépend dans l’état que je veux finir la sortie. Ca ce sont des entrainements en intensité, plus courts. Après quand je fais une sortie foncière, il m’arrive de rouler 7h voire 7h30. Mais doucement bien entendu. Lors de chacune de mes sorties, je n’ai qu’un seul objectif à travailler, que je me fixe avant de partir.

Si je fais une sortie foncière, je ne vais pas en plus faire des sprints ou d’autres exercices, l’objectif c’est le fond, rien de plus. Et inversement, je peux faire des sorties de « seulement » 1h ou 1h15 si l’objectif de ma sortie est d’effectuer des sprints à bloc et de se faire mal… Au final je ne mélange pas les différents types d’entrainement. Car, par exemple, pourquoi faire 4h de selle si le seul objectif est le sprint ? Ma méthode a du mal a être comprise par les entraineurs que j’appelle « scientifiques » qui ont un modèle précis qui « scientifiquement » est censé nous mettre a 100 % à une date donnée. Mais tout ça j’ai du mal à y croire car chacun est différent et réagit différemment.

CDV : Quels conseils pouvez-vous donner aux jeunes qui souhaitent comme vous devenir professionnel ?

S.C : Le seul conseil que je donne aux jeunes, c’est de ne pas se prendre la tête avant d’avoir 18 ou 19 ans. Il y a l’école, le cercle familial, etc… Le vélo doit rester un jeu, un amusement, un défouloir. C’est comme ça que l’on progresse et que l’on se fait le plus plaisir. Après cet âge si vous sentez que vous êtes capable de faire réellement de la compétition, alors à ce moment là il faut vraiment s’y mettre. Mais en premier lieu, il faut prendre du plaisir à faire du vélo.

CDV : Quel est votre programme de courses et vos objectifs pour la saison ?

S.C : J’ai comme objectifs de bien figurer sur toutes les classiques auxquelles je participerais. Soit j’aurais ma carte à jouer, soit je ferais l’équipier, cela dépendra des courses et des situations. Ma saison de classiques commence à Milan-San Remo. Pour la suite on verra mais j’espère être présent pour toutes les grandes classiques. J’espère aussi passer ces classiques sans embuches, sans me blesser. Pour la suite de la saison, on décidera en avril.

CDV : Parlez-nous aussi un peu de votre équipe, de l’ambiance ? Et quel est votre chouchou dans le groupe ?

S.C : L’ambiance dans l’équipe est très très bonne. Normal on va dire car l’équipe gagne, mais tout le monde s’entend vraiment bien, et ce groupe plutôt jeune est comme une famille pour tous. Marc Madiot a formé une superbe équipe et peut en être fier, on va lui montrer qu’il a bien fait de choisir ce groupe ! Il y a un excellent groupe, chacun a des objectifs plus ou moins précis mais il y a un réel collectif ; ce qui est primordial dans le cyclisme. Je suis très heureux à chaque fois que je me rend sur une compétition, je suis content de retrouver les gars, le staff, etc… C’est important de bien se sentir dans un groupe comme celui là.

Sinon, Arnaud Demare, « Nono » pour nous, est mon chouchou. C’est un diamant à l’état brut. Il est tout neuf, plein de talent, d’envie, et je pense que dans les deux ou trois années qui vont venir il va devenir LA référence du sprint. C’est un pur gicleur. Il va être je pense, le futur Cavendish ! Il faut qu’il reste dans cet état d’esprit, simple et confiant. C’est un super qui mérite vraiment de devenir un grand. Je suis fier de courir avec un gars comme ça. (rires)

CDV : Dernière petite question, pourquoi êtes-vous venu au vélo, et qu’aimez-vous dans ce sport ?

S.C : Je suis venu au vélo par pur hasard. Mon père faisait du foot et j’aurais du faire pareil. Mais finalement à six ans, pour canaliser mon énergie débordante (rires), je me suis lancé dans le vélo en voyant des gamins en faire. C’est devenu tout de suite une drogue pour moi, une passion, un réel défouloir ! L’ambiance y était beaucoup plus seine que dans le foot et du coup, toute la famille a suivie le mouvement. Maintenant, mon frère et ma sœur font du vélo alors que mes parents sont bénévoles dans mon club d’enfance. Il y a aussi mon oncle, mon filleul, bref, toute la famille fait du vélo, et c’est bien. Je souhaite a tous ceux qui font du vélo que les membres de leurs familles en fassent aussi, c’est super sympa de pouvoir cirer notre père par exemple. Pour finir, j’aime ce sport car c’est un sport dur, noble, et qui demande beaucoup de courage, de valeurs.

Merci de votre interview et de votre gentillesse. A bientôt sur les classiques où je souhaite bien figurer. Bonne route à tous !

Merci à Steve Chainel pour cette interview que l’on suivra de très près lors des classiques printanières qui arrivent. En espérant voir notre français à l’avant !

Propos recueillis par Alexis Rose

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s