Simon Gerrans, vainqueur opportuniste

Simon Gerrans succède à son compatriote Matthew Goss au palmarès de Milan San-Remo. L’Australien devance Cancellara et Nibali après avoir contré le sicilien sur le Poggio. Cette 103e édition n’aura pas sourie aux sprinteurs, malgré une course d’attente, marquéd par un Cavendish qui n’aura même pas tenu les 200 kilomètres de courses au sein de peloton. 

Cancellara en a trop fait

C’est dans le Poggio que les hostilités ont vraiment commencées. Une Cipressa montée au train par les favoris, et c’est Nibali qui attaque à moins de 10 kilomètres de l’arrivée, suivi par Gerrans qui ne lâche pas sa roue. C’est à ce moment-là que Fabian Cancellara commence son numéro. Il rattrape seul les deux fuyards et roule seul dans la descente du Poggio jusqu’au sprint final, où Gerrans le déborde pour gagner la Primavera. Alors, Cancellara en a-t-il trop fait ? Surement, car Nibali et Gerrans n’ont pas pris un seul relais au suisse en 6 kilomètres ! On a beau dire que l’australien n’a fait que suivre, Cancellara n’a pas vraiment donné l’opportunité à ses compagnons d’échappée de rouler. Une seule demande de relais et à moins de 2 kilomètres de l’arrivée ! Cancellara a plutôt roulé pour le podium que pour la première place et sur le coup, Gerrans, comme Nuyens un an plus tôt sur le Ronde, a très bien joué le coup. Le Suisse devra dans le futur gérer ses forces et ne pas prendre tout le poids de la course sur son dos, si il veut regagner un autre monument.

La Liquigas peut avoir des regrets

Finir troisième et quatrième sont des bons résultats, mais ce n’est pas suffisant vu le déroulement de la course. Comme Quick-Step sur le Tour des Flandres 2011, la Liquigas a raté la victoire de peu et leur sens tactique pourra être remis en cause. Nibali devait-il attaqué avec un Sagan impressionnant de facilité dans le Poggio ? Avec des si, on mettrait Paris en bouteille, mais on est en droit à se poser des questions. Comme sur la Vuelta l’an passé ou plus récemment au Tour d’Oman et au Tirreno, les coureurs de Roberto Amadio n’ont pas fait preuve d’une tactique irréprochable. On dirait même que la Liquigas n’apprend pas de ses erreurs. Avec la qualité de l’effectif, les résultats devraient être encore meilleurs. Toutefois, ce résultat montre qu’il faudra compter sur le trio Nibali, Sagan et Oss durant la suite de cette saison.

Flop des sprinters et surtout des Sky

Cavendish lâché très tôt, la Sky n’aurait elle pas été plus intelligente en jouant la carte Boasson Hagen ? En tout cas, l’équipe anglaise ne pourra pas se satisfaire d’une maigre 25e place alors qu’un top 5 lui était promise avec deux leaders comme Cavendish et Boasson Hagen. Mais ne nous y trompons pas, il n’y a pas que l’équipe Sky qui va être mécontente  suite à ce Milan – Sanremo, car la majorité des sprinteurs ont été inexistants lors de cette course. Farrar, lâché avec Cavendish, n’aura à aucun moment pesé sur la course. Le bilan est identique pour André Greipel et Alessandro Petacchi. Piégé dans le Poggio, Boonen n’a lui pas pu jouer la gagne. Même phénomène pour Renshaw et Goss qui pourra se consoler avec la victoire de son coéquipier. Freire un peu juste dans le final, ce sont les petits jeunes comme Degenkolb, Oss et Sagan qui auront été les plus frais. Pas du tout ceux que l’ont attendaient mis à part le Slovaque.

Bmc malchanceux

Après un début de saison en demi-teinte, l’équipe suisse avait le droit de croire à ses chances sur la Primavera, mais la chance n’aura pas été au rendez-vous. Après l’absence de Thor Hushovd pour maladie, c’est Gilbert et Van Avermaet qui ont eux la poisse. Le champion de Belgique a touché le sol dans la Cipressa en suivant le coureur de la FDJ, Rollin. Tous les espoirs s’envolaient à ce moment de la course, alors qu’il restait une vingtaine de kilomètres… Ensuite, c’est le vainqueur de Paris-Tours 2011 qui chute sur Trentin dans la dernière ligne droite. Malgré le top 10 de Ballan, la Bmc aurait pu faire mieux, mais a clairement manqué de réussite. Cependant la saison est encore longue pour la « dream team » du peloton, et il ne fait aucun doute qu’on les verra briller à de multiples reprises, dès les prochaines classiques.

Mehdi Khouch

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s