Simon Gerrans, ne plus être un outsider

Les Ardennaises approchent, et un outsider de toujours pourrait bien devenir cette année l’un des favoris. Simon Gerrans vit véritablement sa plus belle saison, après presque dix ans dans le peloton professionnel. L’Australien sera à surveiller de très près dans quelques semaines lors du triptyque ardennais. La surprise pourrait venir de là où on ne l’attend pas !

Jusque là, le palmarès de Simon Gerrans n’avait rien de très impressionnant. Une étape sur chacun des trois Grands Tours, quelques courses par étapes de seconde zone et des places d’honneurs sur les classiques printanières. La seule victoire probante du coureur australien étant le GP de Plouay en 2009. Pas de quoi effrayer Philippe Gilbert, Alejandro Valverde et toutes les autres têtes d’affiches des ardennaises. Mais cette saison 2012 semble être l’apogée de la carrière de Gerrans. A 31 ans, l’ancien coureur du Crédit Agricole à franchit un cap. De là à titiller les meilleurs puncheurs du peloton ? On le saura très bientôt. Mais c’est une hypothèse à ne pas exclure.

Valverde peut battre Gilbert ? Alors Gerrans aussi !

Depuis le début de saison, l’une des attractions est Alejandro Valverde. Présent sur le Tour Down Under et Paris-Nice notamment, l’Espagnol de retour de suspension impressionne. A presque 32 ans, le coureur de la Movistar semble faire peur comme à la belle époque, lorsqu’il remportait coup sur coup la Flèche Wallone et Liège-Bastogne-Liège en 2006. Le coureur d’Eusebio Unzué n’est pas revenu pour faire de la figuration, on l’a bien compris.

Mais alors, on peut au moins en dire autant de Simon Gerrans. Vainqueur au mois de janvier du championnat d’Australie, le coureur de la nouvelle équipe GreenEDGE a ensuite tenu tête à Valverde justement, sur le Tour Down Under. Vainqueur du classement général, Gerrans a ensuite montré sur Paris-Nice que ce n’était pas un feu de paille. Lors de la troisième étape remportée par Valverde encore lui, Gerrans était à quelques centimètres. Malheureusement, une chute le jour suivant l’empêcha de disputer la gagne à nouveau sur la course au soleil. Mais l’ « Aussie » a prouvé qu’il était très proche du niveau de Valverde.

Donc si on pense l’Espagnol capable de jouer les troubles fêtes ou même d’aller mettre une grosse pression sur Philippe Gilbert après son triplé de 2011, on peut penser la même chose de Simon Gerrans. D’autant plus que l’ancien coureur de Sky a marqué un point supplémentaire par rapport à « Ballaverde ». Gerrans a tout simplement remporté Milan – Sanremo. Certains lui reprochent la manière au dépend d’un Fabian Cancellara qui a fait tout le boulot, mais comment lui en vouloir ? L’Australien s’est battu avec ses armes, et son nom figurera bien au palmarès d’un monument. Si le Suisse aurait sans doute mérité la victoire, Gerrans ne l’a pas volé à la vue de son début de saison.

Pas encore pris au sérieux, un réel avantage

Le 15 avril sera une date clé, le début des grandes ardennaises. L’Amstel Gold Race, la Flèche Wallone puis Liège-Bastogne-Liège, tout cela en une semaine. Bon nombre de coureurs ont misé leur saison sur ces trois courses, mais il n’y aura que trois vainqueurs au maximum. Au maximum oui, car on se rappelle tous de 2011 et du triplé d’un inarrêtable Philippe Gilbert sur les trois classiques. Et si le Belge est favori à sa propre succession, il sera extrêmement surveillé. Malgré une grosse équipe pour l’accompagner, être l’homme à abattre a souvent privé des coureurs de victoires de prestige. On peut notamment citer Fabian Cancellara lors de Paris-Roubaix 2011. Le Suisse n’a jamais pu se débarrasser de Thor Hushovd, collé à sa roue. Pour ne pas emmener le norvégien dans un carrosse, Cancellara avait du laisser tomber pour finalement terminer deuxième.

Simon Gerrans, en éternel outsider, aura donc le rôle parfait. Si cette année il sera surement plus surveillé qu’à l’habitude, peu de coureurs s’attendent à le voir avec les cadors. Troisième en 2011 sur l’Amstel, Gerrans n’a jamais fait mieux que sixième sur la plus difficile des ardennaises, Liège-Bastogne-Liège. Gilbert, Valverde, Sanchez, Vinokourov, Andy et Frank Schleck, Rodriguez, Evans… Ce sont tant de coureurs qui ont terminés devant Simon Gerrans ces dernières années, et que beaucoup considèrent encore comme meilleurs que l’Australien (ce qui est vrai pour certains d’entre eux). C’est pour cela qu’on se souciera bien plus d’eux que du récent vainqueur de la « Primavera ».

Une grosse faiblesse, son équipe

Cependant, Gerrans a une grosse lacune. Et malheureusement, il n’y peut rien. Son équipe est très faible et ne pourra pas l’accompagner jusque dans les derniers kilomètres. On l’a vu l’an dernier, Philippe Gilbert s’est imposé grâce à un gros boulot d’Omega Pharma Lotto et notamment de Vanendert et Van den Broeck. Cette année Cadel Evans et Greg Van Avermaet seront encore aux côtés du belge. Samuel Sanchez peut lui compter sur Igor Anton, alors que les frères Schleck s’entraident mutuellement. Chez Astana, Kreuziger et Vinokourov s’entendent à merveille et Rodriguez compte à ses côtés Daniel Moreno et Denis Menchov. Pour terminer, évoquons Alejandro Valverde qui aura pour équipiers Cobo et Visconti.

Tous les cadors sont donc très bien entourés. Tous sauf Simon Gerrans si on considère qu’il fait partie des cadors. Seul Michael Albasini sera en mesure d’accompagner l’Australien assez loin, et encore. Gerrans a toujours eu plus ou moins l’habitude de se débrouiller seul mais à ce point et contre des équipes armées jusqu’aux dents, c’est un gros inconvénient. Encore plus sur des classiques longues de 250 kilomètres. Le champion d’Australie va devoir redoubler d’efforts s’il veut se montrer. Mais s’il réussi de belles performances, tout le mérite lui reviendra. C’est tout ce qu’on lui souhaite, sortir de ce rôle d’éternel outsider. C’est déjà en partie fait avec ce début de saison tonitruant, on attend désormais la confirmation. Mais c’est sur, cette année, il faudra compter avec Simon Gerrans !

Robin Watt

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s