La chronique bimensuelle de la pédale #2

Bienvenue dans notre Rubrique bimensuelle. Ces deux dernières semaines ont été marqué par la fin des flandriennes et la domination de Boonen mais aussi par le Tour du Pays Basque et le mano à mano entre Joaquim Rodriguez et Samuel Sanchez. Tirons le bilan de ces quinze derniers jours.
On a aimé…

Tom Boonen : Déjà présent dans les tops il y a deux semaines, le Belge le mérite encore plus cette fois-ci. Grandissime favori des deux mythes flandriens, il a répondu présent. D’abord sur le Tour des Flandres où suite à la chute de Fabian Cancellara il se retrouve en très bonne position. Après avoir fait travailler ses équipiers, Boonen se retrouve en tête avec Pozzato et Ballan. Malgré un sprint difficile, l’Anversois s’impose. Une semaine après, plus motivé que jamais pour l’Enfer du Nord, ce fut sa course. Après une attaque à 55km de l’arrivée, il s’est retrouvé seul trois kilomètres plus tard, et personne ne l’a revu avant Roubaix. Il a donc réussi ses premiers objectifs de la saison, et même sa saison entière. Mais on l’attendra sur d’autres courses vu sa forme actuelle.

Samuel Sanchez  : L’Espagnol, peu en vue depuis le début de la saison si l’on excepte sa victoire d’étape sur le Tour de Catalogne, avait fait du Tour du Pays Basque un de ses objectifs. Et il l’a bien réussi. En remportant la 3ème étape devant Rodriguez, le contre-la-montre final et surtout le classement général, il a regné comme maître sur sa région natale. Second, Purito a tout de même remporté deux étapes mais a pêché dans l’épreuve individuelle. Le grimpeur asturien, en grande forme peut maintenant se tourner en toute tranquilité vers les Ardennaises, où il sera l’un des favoris tout comme ses compatriotes Joaquim Rodriguez et Alejandro Valverde.

Alessandro Ballan : Depuis 2009, l’Italien n’a rien gagné. Et toujours rien cette année. Mais il a agréablement surpris ses fans lors des flandriennes. Peu en vue les années précédentes, l’Italien a néanmoins réussi à suivre Boonen sur le Tour des Flandres où il était surement le plus fort dans le Paterberg. Malheureusement, il n’a pas réussi à s’échapper du groupe par la suite et ses mauvaises capacités de sprinteur ne lui ont pas permis de jouer la victoire, se classement troisième. Lors de Paris-Roubaix ensuite, Boonen était intouchable. Mais il a réussi à faire parti d’un second groupe de poursuivant où il prend une nouvelle troisième place sur le Vélodrome de Roubaix. Ballan était suement très fort cette année, mais ça n’aura pas suffit à battre un très grand Boonen.

On n’a pas aimé…

Thor Hushovd : Habitué aux belles places lors des flandriennes et surtout lors de Paris-Roubaix, le Norvégien à déçu, à l’instar de son coéquipier Philippe Gilbert. Invisible depuis sa perte du maillot de Champion du Monde, il ne faisait même pas parti du sprint lors de l’E3 et de Gand Wevelgem. Lors du Ronde, course jugée trop difficile pour lui, il n’a pas surpris en étant lâché dès les premiers monts. Mais lors de Paris-Roubaix, où il était plus attendu, il a chuté et il n’est jamais revenu dans le groupe de tête. Alors malchance ou manque de forme ? Les premiers objectifs de la saison passés, il va maintenant falloir travailler s’il veut remporter quelques bouquets cette année.

Robert Gesink : Invisible depuis le début de saison, on attendait le leader de la Rabobank sur le Tour du Pays Basque qui était un de ses objectifs en vue des ardennaises. Finalement, le néerlandais a abandonné au bout de quelques jours et les doutes continuent de planer au dessus de lui. Les ardennaises arrivent très vite avec l’Amstel Gold Race dès dimanche prochain et on ne connait absolument pas l’état de forme de celui qui a terminé cinquième du Tour 2010. Alors oui on peut parler de malchance pour Gesink mais on attend beaucoup plus d’un coureur de sa trempe.

Sep Vanmarcke : Le jeune coureur de Garmin était très attendu pour cette partie de l’année. Après une belle victoire dans le Omloop Het Nieuwsblad, on pensait le voir exploser sur les courses qui allaient suivre. Malheureusement, il a été invisible. Lors du Tour des Flandres, il suivait le groupe des favoris mais il a explosé dans le troisième passage du Vieux Quaremont. Dans l’Enfer du Nord, il n’a pas pu suivre Boonen, ni le groupe de poursuivants lors de l’accélération d’Alessandro Ballan. Cependant ne nous inquiétons pas, Vanmarcke est encore jeune et a besoin d’expérience. On le reverra surement l’année prochaine où même avant la fin de l’année.

L’image de la quinzaine

Voici une image bien insolite qu’est cette photo finish. Deux coureurs à égalité parfaite ou presque et qu’il faut départager au millimètre. Evidemment, ce genre d’image arrive rarement. Et qui plus est, c’est à Paris-Roubaix que c’est arrivé ! De plus, les deux coureurs se battent pour une place importante, la seconde. En effet, après l’arrivée de Boonen, un groupe de trois coureurs, composé de Ballan, Flecha et Boom, pensait se jouer la victoire au sprint. Mais revenus de nulle part, deux coureurs les rattrapent juste avant le dernier tour. Et dedans, on retrouve Sébastien Turgot, le coureur de chez Europcar. Surprenant les autres, il dispute le sprint avant un retour de Ballan, qui ne suffira pas, pour un millimètre ! Un Français monte donc sur le podium de l’Enfer du Nord, ce n’était plus arrivée depuis 15 ans et la victoire de Frédéric Guesdon.

La course de la quinzaine

Le Tour du Pays-Basque, qui se déroule pendant la periode flandrienne, permet souvent aux bons puncheurs de s’entraîner avant les Ardennaises. C’est aussi une course importante pour l’équipe basque d’Euskaltel-Euskadi puisque celle-ci pourrait le peloton en fin de saison. L’épreuve, boycottée par quelques bons coureurs cette année, a pu profiter d’un duel entre deux espagnols : Joaquin Rodriguez et Samuel Sanchez. Lors de la trosième étape, c’est l’Asturien qui s’impose au sprint devant Rodriguez et Horner. Purito prendra sa revanche lors des deux étapes suivantes en battant son compatriote de peu. A la veille du contre la montre final, le coureur d’Euskaltel-Euskadi accuse 9 petites secondes de retard sur son rival de la Katusha. Mais Samuel Sanchez est un rouleur correct alors qu’au contraire, l’épreuve chronomètrée est la grosse lacune de Rodriguez. En remportant le contre la montre devant Bauke Mollema et Tony Martin, Samuel Sanchez a logiquement pris la première place à Rodriguez.

La course à venir

On la surnomme « La Doyenne », c’est bien évidemment Liège-Bastogne-Liège. Cette course, crée en 1892 est la plus ancienne classique encore existante. Elle cloture la semaine Ardennaise, avec un parcours très valloné. Contrairement à ces deux voisines, elle ne se résume que très rarement qu’à une course d’un kilomètre. L’année dernière, cest le Belge Philippe Gilbert qui s’était imposé en règlant les frères Schleck au sprint, réalisant ainsi le triplé, une première depuis 7 ans. Il fera cette année encore parti des favoris mais n’a encore rien montré cette saison et certains émettent des doutes. On attendra aussi les espagnols Rodriguez, Sanchez et Valverde, Simon Gerrans, les frères Schleck, Cadel Evans, Peter Sagan et encore bien d’autres. Les prétendants sont cette année très nombreux pour cette course qui s’annonce très passionnante.

Pronostic de la rédaction : Victoire de Philippe Gilbert favorisé par l’arrivée moins raide que sur la Flèche. Joaquim Rodriguez et Peter Sagan complètent le podium.

Emile

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s