Qu’attendre de Thomas Voeckler ?

Depuis 2009, chaque nouvelle saison de Thomas Voeckler devient la meilleure de sa carrière. Mais en 2011, le chouchou du grand public français a tout simplement surpassé les attentes. Présent de février à octobre, même victorieux sur son premier jour de course, Ti Blanc enchaine les victoires au printemps puis ne cesse d’étonner en juillet.

Plus discret en ce début de saison, le leader emblématique d’Europcar semble monter en puissance au fil des semaines, auteur ce mercredi d’une démonstration sur la Flèche Brabançonne. De bonne augure pour la suite des classiques. A quelques heures d’en découdre sur les pentes du Cauberg, focus sur la meilleure carte française au cours de cette semaine ardennaise.

Un pic de forme décalé

Jean René Bernaudeau insistait récemment sur un tout nouveau programme pour ses leaders Voeckler et Rolland. Pour justifier la forme du 4° du Tour en ce début de saison, JRB évoque une montée en puissance progressive. Cette année, le manager Vendéen ne souhaitait pas voir Voeckler garantir des résultats dès Février, puisqu’il espère trouver son leader emblématique compétitif sur la Vuelta, à laquelle Europcar espère une invitation. Cependant, pour espérer rester en condition après la Grande Boucle, Voeckler ne pouvait être en forme trop tôt dans la saison. Un seul pic de forme est prévu au printemps pour l’ancien maillot jaune, il est programmé pour les ardennaises.
Ces choix du manager vendéen confirment une volonté de voir Europcar gravir les échelons. Désormais, les hommes verts se doivent de faire face aux meilleurs mondiaux sur les plus grandes courses, et ce afin de retrouver le World Tour en 2013. Satisfait de sa principale préoccupation de l’hiver (être présent sur les Flandrienne, comme doit l’être toute grande équipe) au vu des résultats offerts par sa structure sur le Tour des Flandres comme à Roubaix, JRB se tourne maintenant avec optimisme vers les classiques ardennaises.

Objectif Liège

Europcar étant classé en Continental Pro, voilà l’équipe sujette aux invitations. Déçue par l’absence Wild Card en 2011, la structure rattrapée in extremis fin 2010 a obtenu cette saison des invitations pour l’Amstel Gold Race et Liège-Bastogne-Liège.
Pour la première, qui se résume le plus souvent à une course de côte dans le Cauberg, l’équipe espère placer Thomas Voeckler dans les meilleurs conditions, notamment aidé par Vincent Jérôme très en vue ces dernières semaines, Angelo Tulik et Christophe Kern. Remarquable puncheur, le vainqueur de la Flèche Brabançonne est capable d’accrocher les meilleurs et de se battre pour une place d’honneur dans le Cauberg.
Mais si l’Amstel se voit souvent cadenassé dans son final en vue du dernier kilomètre explosif, la course qui convient le mieux à Thomas Voeckler reste Liège-Bastogne-Liège. 10° en 2010, le coureur français est aujourd’hui bien mieux armé face aux Gilbert, Valverde, Shleck et consorts. Fort d’une endurance à toute épreuve, et des qualités en parfaite adéquation avec le terrain de jeu proposé, Ti Blanc peut également avancer un grand argument en sa faveur avec sa vitesse au sprint, que peu de puncheurs possèdent. Ainsi en 2010, Voeckler règle son groupe au sprint, échouant à seulement 14″ du second groupe qui s’est disputé la dernière marche du podium dans la côte d’Ans.
Toujours plus fort chaque saison, nul doute que Voeckler est aujourd’hui capable de rester au contact des meilleurs. Disposant également d’un sens de la course exceptionnel pour ne pas dire unique, le Vendéen peut se battre la semaine prochaine pour les toutes premières places.
Avec des Gautier, Jérôme, Kern et Rolland, les hommes verts sont capables de peser sur la course et d’entourer leur leader au mieux dans le final. A 32 ans, l’heure est peut être même arrivée pour Thomas Voeckler de décrocher une très grande classique.

Un enchainement Tour/Vuelta ?

L’ancien champion de France ne pourra trop souffler après la Doyenne. L’objectif est ensuite directement porté sur la Grande Boucle. Avant cela, JRB espère un grand Dauphiné. La suite de la saison dépendra alors d’une invitation ou non sur la Vuelta. Avant un passage espéré en World Tour l’an prochain, Europcar veut grandir en se présentant sur deux Grands Tours. Et la structure Vendéenne se veut ambitieuse en y alignant ses leaders Voeckler et Rolland. Déjà ensemble entre autres sur le Tour, les hommes verts les plus en vue sur la dernière Grande Boucle chercheront respectivement à jouer les étapes et le classement général. Car si Voeckler avait joué le coup jusqu’à la veille des Champs Élysées l’an dernier, nul doute que le français sera désormais marqué de très près, et préférera sans doute se concentrer sur des étapes. En haute montagne, la formation travaillera pour Pierre Rolland, meilleur jeune et vainqueur à l’Alpe d’Huez lors de la dernière édition. Avec Christophe Kern, les deux hommes de Jean René Bernaudeau espèrent tous deux peser sur le classement général.
Sur la Vuelta, nul doute que l’équipe se retrouvera dans la même configuration qu’en juillet. Pierre Rolland pourra se concentrer sur le classement général pendant que Thomas Voeckler jouera la gagne sur les étapes lui convenant.
Un grande partie de la saison d’Europcar se joue alors sur l’attribution d’une invitation pour le Tour d’Espagne.
Ensuite ? Thomas Voeckler mettra le cap sur les championnats du monde. Arrivé à maturité physique, le leader d’Europcar est dans ses meilleures années. Avec un parcours qui lui convient, empruntant notamment comme ultime difficulté le Cauberg sur lequel le français pourra aura pu se tester dimanche après midi, le Vendéen sait que les occasions d’être champion du monde avant la fin de sa carrière seront rares.

Ce n’est donc pas un hasard s’il a fallu attendre avril pour voir Thomas Voeckler arriver en condition. En programmant une fin de saison bien remplie, nul doute que le chouchou du public français se devait de ne pas arriver trop rapidement en forme. Comme chaque année – fidèle à sa mentalité – Thomas Voeckler jouera la gagne sur tous les terrains lui convenant.
Les objectifs ne manquent pas pour Ti Blanc, dès cette semaine ardennaise. Suivront Dauphiné, Tour, Vuelta ? et championnats du Monde. Pour que cette saison soit encore plus belle que la précédente, les occasions de briller ne manquent pas.

Adrien Picard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s