Une montée et des surprises

Au terme d’un final haletant, c’est un outsider qui a triomphé sur l’Amstel Gold Race aujourd’hui. L’Italien Enrico Gasparotto a coiffé sur le fil Peter Sagan au sommet du Cauberg pour remporter sa première grande classique à 30 ans. Jelle Vanendert prend la deuxième place devant le Slovaque, alors que les favoris ont connu des sorts contrastés.

Une course à deux visages

Alors oui, cet Amstel Gold Race 2012 ne restera pas dans les annales du cyclisme. Oui, la course ne fut pas très emballante et assez insipide pendant de nombreuses heures. Mais ce final au sommet du Cauberg fut intense et indécis jusqu’au bout. Et pour la dose de surprise, c’est n’est pas un favori qui s’est imposé aujourd’hui. Enrico Gasparotto, sevré de victoire depuis 3 ans mais qui saisit sa chance aujourd’hui pour un jour de gloire. Il était le plus fort sur le Cauberg mais aussi le plus malin. Car en dehors de la force, il faut aussi savoir gérer son effort pour s’imposer sur l’Amstel, Peter Sagan en a fait les frais. Le Slovaque avait de grandes jambes sur les routes néerlandaises mais a produit son dernier effort un poil trop tôt, juste assez pour que Gasparotto le dépasse au finish. Il prend néanmoins date pour l’avenir. Jelle Vanendert, qui chipe la deuxième place à Sagan, a aussi montré de belles dispositions dans un rôle nouveau de leader.

Un peu auparavant, une échappée classique avait pris les devants. Classique en théorie, puisque son dernier composant a malgré tout résisté au peloton jusqu’à 9km de l’arrivée. C’était le jeune Romain Bardet, néo pro seulement mais déjà auteur d’une très belle performance aujourd’hui. L’échappée reprise tardivement par un peloton encore très conséquent, tout restait à faire. Mais malheureusement, les favoris ont fait preuve d’une grande frilosité, aucun d’entre eux n’a tenté de secouer l’avant de la course sur les cotes précédant le Cauberg. Il y a bien eut la louable attaque d’Oscar Freire, repris à seulement 300 mètres de l’arrivée, mais ce fut tout. Sur une classique de la renommée de l’Amstel, c’est frustrant. Mais pour consolation nous avons assisté à une montée finale du Cauberg très intense et palpitante. Un Gilbert qui fait le forcing de loin puis qui cale, un Sagan qui semble s’envoler dans les 200 derniers mètres mais qui gère mal son effort et se fait reprendre à seulement 30 mètres de la ligne par le filou Enrico Gasparotto. Formidable finish.

Des favoris en retrait

Mais sur cette 47ème édition, on attendait plutôt les Espagnols Valverde, Rodriguez et Samuel Sanchez ou l’Australien Simon Gerrans. Aucun d’eux n’a accroché de podium. Gerrans, Valverde et Rodriguez n’avaient tout simplement pas les jambes pour rivaliser dans le final (respectivement 20ème, 22ème et 24ème). Samuel Sanchez lui, eut un ennui mécanique à 20km de l’arrivée. Son retour tardif dans le peloton lui couta beaucoup d’énergie pour pouvoir rivaliser avec les meilleurs dans le Cauberg. Il finit tout de même 7ème. Autre victime d’un fait de course, Damiano Cunego. Le vainqueur de l’édition 2008 a été pris dans une chute à 700 mètre du sommet, alors qu’il semblait bien en jambes. Sa chute ralentit probablement quelques coureurs dont le français Thomas Voeckler, très bon 5ème à l’arrivée. Le coureur d’Europcar affiche de très bonnes dispositions en vue de Liège-Bastogne-Liège dimanche prochain. Le tenant du titre Philippe Gilbert lui, a rassuré. Il a certes explosé dans les 300 derniers mètres de l’ascension finale mais c’est lui qui a ramené le groupe de chasse derrière le vaillant Oscar Freire. Sa giclette n’est pas encore la même que celle de l’an dernier mais le Wallon pourra faire entendre sa voix sur la Flèche mercredi et à Liège dans une semaine, sur sa course de cœur.

L’Amstel Gold Race marque la fin de la campagne des classiques pour les adeptes des courses du Nord. Fini les monts et autres routes ventées et étroites, place désormais aux courses de costauds, plus favorables aux punchers/grimpeurs. La Flèche Wallone et son terrible Mur de Huy mercredi puis Liège-Bastogne-Liège dimanche prochain se dressent face aux coureurs. Ajouté à cela des favoris qui se cherchent et aucune hiérarchie établie et vous obtenez deux courses très indécises et qui s’annoncent spectaculaires. On en salive déjà.

Amine Ladouani

Publicités

2 commentaires sur “Une montée et des surprises

  1. Bravo à Gasparotto ! Même si je trouve inquiétant que de plus en plus d’incnnus gagnent des classiques, je trouve qu’il était bel et bien le meilleur hier.
    Gilbert a fait de son mieux, mais a été piégé par la Katusha, qui s’est elle même piégé: le piégeur piégé.
    Sagan n’a pas gagné, car il n’en avait pas les moyens. Suivre Gilbert était très dur pour le Slovaque je pense. Mais il quand même pris de la caisse avec cette 3e place.
    Bien joué Voeckler ! A l’image de la France, il est en nette progression depuis quelques années. Cette 5e place, ça faisait un bail que je l’attendais sur l’AGR. Dire que l’an dernier, j’étais super content de voir Le Mével dans les dix de la FW…
    Et pour finir, je vais dire que pour la suite des Ardennaises, je pense que c’est Gilbert qui va être le plus dangereux. Mais je suis persuadé que les deux prochaines classiques auront le droit à leur lot de surprises…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s