Julien Simon « De belles courses à gagner avec mes qualités »

En remportant coup sur coup deux étapes du dernier Tour de Catalogne, le jeune Julien Simon s’est révélé au plus haut niveau le mois dernier. Enfin délaissé par les pépins physiques, le coureur de Saur peut désormais viser plus haut. Entretien avec la Chronique du Vélo.

Chronique du Vélo : Bonjour Julien, nous allons tout d’abord revenir sur vos deux coups d’éclats en Catalogne le mois dernier. Vous y avez remporté deux étapes malgré une rude concurrence, qu’est ce que cela fait de battre des cadors du peloton sur une course World Tour ?

Julien Simon : C’est le travail qui paie, ça fait évidemment plaisir. On se dit que gagner à ce niveau là et devant des cadors c’est très gratifiant et ça prouve que l’équipe progresse bien. Personnellement, j’ai enfin réussi à réaliser les performances que j’espérais.

CDV : Vous attendiez-vous à réaliser une telle performance ?

J.S : Pendant Paris-Nice je n’étais pas très bien. Mais après la course j’ai bien récupéré, j’ai fais beaucoup de kiné et soin. Je sentais dès le début du Tour de Catalogne que j’avais quand même pris de la force. Au fil des jours ça allait de mieux en mieux. Mais ça ne sourit pas tout les jours et je me suis fais piégé lors de la deuxième étape (il finit à 7 minutes) et quand l’occasion s’est présentée la première fois je me suis raté (9ème du sprint à Asco). Mais j’ai réussi à me remettre dedans et une fois que la délivrance a été faite le vendredi, la confiance est devenue plus grande et j’ai pu renouveler l’exploit le dimanche.

CDV : Pensez-vous pouvoir rééditer ce genre d’’exploit à l’’avenir ?

J.S : Et bien oui j’espère ! (rire) Quand on réussi une première fois ce genre de performance on prétend toujours pouvoir le refaire. Je vais continuer à travailler pour en tout cas.

CDV : On vous a souvent étiqueté comme un puncheur doté d’une belle pointe de vitesse, notamment lors de vos premières années pros ou vous arriviez à tirer votre épingle du jeu sur les arrivées en cote. Pensez-vous avoir trouvé votre voie dans ce genre de course ou comptez-vous élargir votre profil de coureur ?

J.S : C’est vrai que c’est un peu mon profil celui de puncheur qui va vite dans les petits groupes. Et c’est là dessus que je veux travailler à fond et exploiter mes qualités d’explosivité. Élargir mon profil ? Pas vraiment, même si dans une journée avec quelques cols je peux passer avec les meilleurs. Mais je compte vraiment me spécialiser dans ce domaine de puncheur/finisseur, il y a réellement de belles courses à gagner avec mes qualités donc je vais travailler ça à bloc.

CDV : Le triptyque ardennais à commencé hier avec L’Amstel, votre équipe Saur n’y était pas invitée. En revanche, vous serez sur la Flèche Walonne et Liège-Bastogne-Liège la semaine prochaine. Laquelle des deux vous convient le mieux et avez-vous des ambitions sur ces courses ?

 J.S : Laquelle des deux me convient le mieux ? Je ne sais pas, je vous dirais ça dimanche soir (rire). J’y vais avec de l’ambition mais on se sait jamais ce qui peut se passer. Faire un Top15-Top10 dans une des deux courses ce serait déjà satisfaisant. Après si ça se passe bien, avec des aléas de course favorables et avec ma confiance actuelle, tout est possible. En tout cas je suis serein et confiant.

CDV : On a récemment appris que Saur fera pour la deuxième fois de suite partie des équipes invitées pour le Tour de France. Tout d’abord, serez-vous présent au départ ? Et plus généralement, quelle sera la tactique de l’’équipe, vous miserez encore une fois tout sur Jérôme Coppel pour viser un Top 10 ou allez-vous élargir vos possibilités tactiques ?

J.S : On en a pas encore beaucoup discuté. Personnellement, on verra bien quand les sélections tomberont. En tout cas, Jérome sera cette année encore le leader pour le Tour, c’est très important pour l’équipe d’avoir un coureur qui puisse jouer le général. En plus, des coureurs comme moi ou Jonathan Hivert peuvent remporter des étapes, ça peut enlever de la pression pour Jérôme.

CDV : Votre équipe Saur montre de jour en jour qu’elle a son mot à dire sur les plus grandes courses du calendrier mondial et ce, même en l’absence de votre leader Jérome Coppel. Vous qui êtes un fidèle de la structure de Stephane Heulot, comment avez-vous vécu cette progression de l’équipe, et jusqu’où pensez-vous que Saur peut-elle aller ?

J.S : Jusqu’où Saur peut aller ? J’en ai aucune idée mais c’est vrai que depuis sa création, l’équipe progresse d’année en année. On a un staff compétent qui permet aux coureurs de progresser. Après ce serait bien que l’équipe continue l’année prochaine (Saur arrête son sponsoring en fin d’année mais Stephane Heulot est optimiste dans sa recherche de nouveau sponsors) et pourquoi pas, monte en World Tour. Après je ne sais pas comment les dirigeants de l’équipe vont gérer ça car pour monter en World Tour, il faut un gros budget et plusieurs coureurs de gros calibre. On arrive quand même à peser dans les grandes courses et à obtenir des résultats. On commence à avoir le niveau de certaines équipes françaises comme AG2R ou la FDJ donc c’est encourageant.

CDV : Enfin, 2012 est une année olympique et le Championnat du Monde de Valkenburg peut convenir à vos qualités, aimeriez-vous vous rendre sur ces courses ?

J.S : Évidemment (rire) ! Les JO c’est le rêve de tout sportif de haut niveau donc c’est sur que j’y pense parfois. Je vais mettre toutes les chances de mon coté pour essayer d’y participer, tout comme pour les Championnats du monde. C’est très important de représenter son pays, on verra bien.

Merci Julien de nous avoir accordé cette interview, nous vous souhaitons le meilleur pour la suite de la saison à vous et à votre équipe Saur. A bientôt !

Interview démarchée par Alexis Rose et réalisée par Amine Ladouani

Suivre @ChroniqueDuVelo

Publicités

4 commentaires sur “Julien Simon « De belles courses à gagner avec mes qualités »

  1. Un grand homme qui a beaucoup de potentiel. Il est encore jeune. Je l’ai vu sur le Tour de Pays Basque, et je l’ai trouvé très bon. Il n’a pas peur de frotter les meilleurs coureurs au monde.
    C’est un puncheur, mais aussi un sprinteur. Une arrivée en bosse peut lui convenir, mais il est aussi à son aise dans un sprint en petit comité.
    La meilleure des récompenses pour lui serait d’être invité à participer au Tour, ou à la Vuelta, si Saur est invitée.

  2. Fontana : Simon a couru sur le Tour de Catalogne et non sur le Tour du Pays Basque. Sinon vous avez raison sur toute la ligne. 😉

    Noromix : Oui nous en sommes très heureux et c’est en partie grâce à vous suiveurs, un grand merci. Continuez à faire tourner le site !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s