2004, le fabuleux triplé de Rebellin [2/3]


L’an dernier, Philippe Gilbert avait gagné successivement l’Amstel, la Flèche et la Doyenne. Le dernier à avoir réalisé ce fabuleux exploit était Davide Rebellin en 2004. L’Italien de la Gerolsteiner avait éclaboussé le triptyque ardennais de toute sa classe. A la veille de la Flèche, voici la deuxième partie de notre chronique, la victoire de Rebellin en haut du Mur de Huy devant son compatriote Danilo Di Luca.

Une course rapide, très rapide

Cette 68e édition de la Flèche-Wallonne a battu des records de vitesse. Une moyenne de 44 km/h, la plus rapide des années 2000 avec l’édition 2010 remporté par Cadel Evans. Aucune échappée n’arrivera à passer le cap de la minute d’avance sur le peloton. C’est d’abord le français Poilvet, accompagné du norvégien Arvesen qui s’échappe, rejoint par la suite par Nuyens, Thijs, McGee, Ramires, Scarponi et Kolobnev. Après avoir été repris, c’est au tour de Jerome Pineau d’attaquer à 50 km de l’arrivée, il emmène avec lui Jurgen Van Den Broeck et Bertolini. Rejoint ensuite par Elmiger, Vicioso et à nouveau Kolobnev, cette échappée n’aura jamais atteint une avance de plus de 40 secs sur le peloton. Malgré les offensives successives de Gilbert et Zaballa, l’échappée est reprise à 25 km de l’arrivée. Le peloton montre qu’il ne laissera partir personne aujourd’hui et les cassures commencent à se former à l’arrière, à cause d’un vent très présent et de la vitesse élevée du peloton.

Les outsiders anticipent

L’ancien vainqueur de la Coupe du monde, Erik Dekker, attaque à 23 km de l’arrivée et arrive à prendre un vingtaine de secondes d’avance sur le peloton. Il sera repris dans la côte d’Amay, ou de nombreuses cassures scindent le peloton et ou Di Luca, Kloden, Caruso, Scarponi et Vinokourov s’échappent. Ils seront immédiatement repris dans la descente. Une quarantaine de coureurs forment le peloton à un peu plus de 10 km de l’arrivée. C’est à ce moment-là que Samuel Sanchez décide d’attaquer, suivit à nouveau par le kazakh de la T-Mobile et Kim Kirchen, équipier du regretté Frank Vandenbroucke. Rejoint à la suite par le gregario de Danilo Di Luca, Mirko Celestino, le groupe de 4 inquiète longtemps le peloton, mais ils seront tous repris au pied du Mur de Huy.

Rebellin coiffe Di Luca au sprint 

Début de l’ascension finale, le peloton est mené par la Saeco de Di Luca, suivit de près par Rebellin et la T-Mobile. Axel Merckx accélère au pied du Mur, mais Rebellin, Freire et Vinokourov veillent au grain. Après avoir été repris, Kloden accélère et impose un train d’enfer qui fait littéralement exploser le peloton, dont Oscar Freire. Kessler prend le relais dans la partie la plus difficile du Mur, la fameuse chicane à 20%, et il se retrouve seul avec Rebellin et Di Luca. L’allemand se fait vite lâcher et les 2 italiens se disputent la victoire. Le leader de la Saeco décide d’adopter la même tactique que Boogerd à l’Amstel, il attaque à 250 m de la ligne, mais le coureur de la Gerolsteiner ne quitte pas sa roue. Rebellin double Di Luca dans la toute fin de l’ascension et remporte ainsi sa première Flèche. Encore une fois, Rebellin aura profité de son intelligence de course, de son calme à toute épreuve et de sa redoutable pointe de vitesse pour s’imposer pour la deuxième fois en cinq jours. Mais avec Lège-Bastogne-Liège qui approche, l’italien peut désormais se mettre à rêver d’un splendide triplé ardennais, jusque là jamais réalisé..

Mehdi Khouch

Suivre @ChroniqueDuVelo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s