L’année Joaquim Rodriguez ?

Le coureur espagnol de l’équipe Katusha a souvent brillé sur les Ardennaises. Mais il n’a jamais gagné, prenant, tel un Poulidor, de très nombreuses secondes places. Cette année, après un début de campagne décevant et une 24ème place sur l’Amstel, il espère briller sur la Flèche Walllonne et Liège-Bastogne-Liège.

Un résultat décevant

Dimanche dernier, se tenait l’Amstel Gold Race dont Purito était le favori. Durant pratiquement toute la course, la Katusha a assumé ce statut de favorite, roulant régulièrement dans les cent derniers kilomètres. A 7 kilomètres de l’arrivée, son coéquipier, Oscar Freire passe à l’attaque. Le peloton, statique et sans équipe pour prendre la relève, le laisse partir. La chasse ne s’entame réellement qu’à 5 kilomètres de l’arrivée. Mais le triple vainqueur de Milan-San Remo réussit à garder une dizaine de secondes d’avance sur le peloton jusqu’au début du Cauberg. C’est à partir de ce moment-là que l’on a perdu de vue Joaquim Rodriguez.

Plusieurs hypothèses sont probables. Il aurait pu ne pas disputer le sprint, pensant que son coéquipier allait gagner. Ou alors, il aurait pu être gêné par la chute de Cunego, même si elle était assez proche de l’arrivée. L’hypothèse la plus probable, et la plus inquiétante, serait qu’il n’ait pas eu la force de frotter pour bien se placer ou pas la force de grimper correctement le Cauberg. Dans tous les cas, cette place n’est pas très bonne pour sa confiance avant son objectif principal, la Flèche Wallonne.

La méforme de Gilbert, une chance pour lui ?

On s’en souvient. L’année dernière, le coureur belge était ressorti triomphant après son triplé lors des Ardennaises. Cette année, il ne le réalisera pas, faute de victoire sur la course hollandaise. Il avait par la suite remporté une étape du Tour de France et nottament la Classica St Sebastian ou encore le GP de Québec. Ces victoires l’avaient propoulsé à la première place du classement UCI. Mais un an plus tard, après son départ d’Omega-Pharma, il n’est plus au même niveau. Purito, qui avait terminé second de l’Amstel et de la Flèche Wallone l’an dernier derrière le Belge, affichait déjà un grand état de forme. Mais cet année, au vu de la forme précaire de son principal rival, il pourra jouer sa chance. Le Belge, auteur d’une sixième place sur l’Amstel, à montré qu’il n’était pas le Philippe Gilbert de l’an dernier, mais qu’il n’avait pas une forme si mauvaise non plus.

Une chance pour les autres aussi

Malheureusement pour lui, le fait que Gilbert ne soit pas en tès grande forme ne réjouit pas que lui. C’est surtout le retour de Valverde qui impressionne cette année. Le coureur de l’équipe Movistar, revenu en début de saison, affiche un bon état de forme depuis le début de l’année, avec quatre victoires à son actif dont une lors de Paris-Nice. Il est aussi double vainqueur de Liège-Bastogne-Liège et compte bien donner du fil à retordre à Rodriguez durant cette semaine. Simon Gerrans devrait répondre présent cette semaine aussi. Vainqueur de Milan-San Remo cette année, le coureur australien semble avoir franchi un cap. Mais ni Valverde, ni Gerrans, ne se sont montrés à l’aise sur l’Amstel dimanche dernier. Le danger vient donc peu être d’autre part. Les hommes en forme de la course néerlandaise, Enrico Gasparotto, Jelle Vanendert ou encore Thomas Voeckler, auront à coeur de contrecarrer les plans de l’Espagnol. Enfin persiste le mystère des frères Schleck. En retrait lors de la première ardennaise, les luxembourgeois pourront se rattraper sur la Doyenne, course qui leur réussi bien.

Joaquim Rodriguez ne sera donc pas seul à convoiter la victoire sur une ou plusieurs de ces classiques. La course qui lui va le mieux est sans doute la Flèche Wallone avec le terrible Mur d’Huy et ses passages à 22%, qui donnent presque directement sur la ligne d’arrivée. La Doyenne, Liège-Bastogne-Liège, sera la dernière course de ce tryptique ardennais, et sans doute celle qui lui convient le moins bien, par la difficulté du parcours et la course de mouvement que l’on retrouve souvent là-bas. Mais si Purito a encore un rêve, c’est de réaliser le doublé sur les deux courses belges, comme Philippe Gilbert l’an dernier …

Emile

Suivre @ChroniqueDuVelo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s