Rodriguez, quelle première !

Parti à plus de 300 mètres de l’arrivée et auteur d’une véritable démonstration sur les pentes du Mur de Huy, Joaquin Rodriguez a remporté la Flèche Wallonne aujourd’hui. C’est la première victoire dans une classique majeur pour le catalan. Il devance en haut de l’ascension finale un surprenant Michael Albasini et un Philippe Gilbert de plus en plus rassurant.

Un Rodriguez impérial

Il nous avait quitté dimanche de manière très décevante, après un Amstel conclut à une anonyme 24ème place. Mais Joaquin Rodriguez a répondu présent sur les pentes du Mur de Huy aujourd’hui, en écœurant littéralement la concurrence, comme l’avait fait Philippe Gilbert l’an dernier. Auteur d’un irrésistible démarrage à 250 mètres de la ligne, le catalan a fini en solitaire devant le suisse Michael Albasini et le désormais ex-tenant du titre Philippe Gilbert. Il a magnifiquement conclu le travaille de son équipe Katusha. L’équipe russe a merveilleusement bien cadenassé la course, contrôlant facilement l’échappée matinale puis annihilant toutes les tentatives d’attaque dans le final. Purito n’avait plus qu’à conclure le travail grâce à son punch pour enfin cueillir, à 32 ans, sa première classique. En effet, Rodriguez tournait autour du pot depuis de nombreuses années (de nombreux podiums et une seconde place dans chacune des trois ardennaises) et assume enfin son statut de favori qui lui était collé en raison de la méforme de son principal rival de l’an dernier, Philippe Gilbert. Libéré après cette journée qu’il qualifiera de « plus belle de sa vie », Purito peut sereinement se préparer en vue de Liège-Bastogne-Liège dimanche, ou paradoxalement il ne partira pas favori.

Albasini s’affirme, Gilbert confirme

Malgré sa démonstration sur les pentes du Mur de Huy, Purito n’aura pas la pancarte de favori sur le dos au départ de Liège-Bastogne-Liège dimanche. Car la Doyenne est parmi les trois ardennaises celle qui convient le moins bien au catalan, mais aussi et surtout parce que son bourreau de l’an dernier est de retour. Philippe Gilbert a terminé troisième au sommet de l’ascension finale. Il n’a certes pas pu rééditer son exploit de l’an dernier mais il a confirmé que la forme était au rendez-vous et qu’elle sera encore meilleure à Liège dimanche. Tenant du titre et surtout maître de cette course, le Wallon apparaît donc logiquement comme le favori pour la Doyenne. Plus surprenante, la deuxième place du Suisse Michael Albasini. Le coureur de la Green Edge s’affirme désormais comme un redoutable puncheur, après trois précédents podiums sur cette course et surtout un début de saison tonitruant (une victoire facile en Catalogne avec deux étapes en prime). Il sera à surveiller à Liège.

Plusieurs satisfactions sont a souligner aujourd’hui. La confirmation de Jelle Vanendert dans son nouveau rôle de leader avec sa quatrième place finale, les confirmations Kiserlovski, Dan Martin et Mollema, respectivement 5ème, 6ème et 7ème après un Tour du Pays-Basque réussi de leur part. Et la révélation Diego Ulissi (9ème), qui malgré ses qualités certaines de puncheur, n’était pas attendu dans une ascension aussi pentue que celle du Mur de Huy. Coté français, pas de Top 10 cette année mais une performance solide du prometteur Julien Simon, 19ème à l’arrivée. En revanche, Alejandro Valverde ne rassure pas. Après sa timide 22ème place sur l’Amstel dimanche dernier, on attendait le Murcian sur une course qu’il a déjà remporté en 2006. Il n’en fut rien. Le coureur de la Movistar, invisible, termine à une indigne 46ème place finale. Et s’il était arrivé sur les classiques lessivé par un début de saison très actif ? Actif, Andy Schleck l’a enfin été aujourd’hui. Le Luxembourgeois s’est testé à 42 km de l’arrivée pour se rassurer, à confirmer dimanche sur une course qui lui a toujours réussi. Son frère Franck termine lui 20ème.

Et maintenant ?

Après deux premières courses qui nous ont laissé sur notre faim, la campagne ardennaise se conclut dimanche en apothéose avec Liège-Bastogne-Liège. Le combat risque d’être de toute beauté entre un Philippe Gilbert qui monte en puissance, un Joaquim Rodriguez qui marche sur l’eau, des coureurs revanchards et des français qui pèsent sur la course. Que rêver de mieux ?

Amine L

Suivre @ChroniqueDuVelo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s