Rodrigo Beenkens « Les favoris ont tous eu une panne de reservoir »

A l’arrivée de la Doyenne, nous avons tendu notre micro à Rodrigo Beenkens, journaliste de la RTBF. Sous la pluie, il nous donne ses impressions sur les classiques, la saison de Boonen, Gilbert et sur la suite de la saison pour les coureurs belges. 

CDV : Bonjour ! Aujourd’hui, ce fut une course très indécise avec une victoire d’Iglinsky, une surprise, avec un top 5 assez étonnant. Que pensez vous de la fébrilité des leaders lors de cette course et lors des ardennaises en général ?

Beenkens : Je ne sais pas si ils ont été fébriles, mais quasi tous, à l’exception de deux, ont eu à un moment une panne de reservoir, à cause en partie des conditions climatiques. De Gilbert aux frères Schleck, en passant par Valverde, Cunego, Rodriguez, Sanchez, tous ceux considérés comme des favoris ont eu un mauvais passage.

CDV : On a vu les Astana impressionants sur les ardennaises, avec une cinquième place sur la Flèche et 2 victoires sur l’Amstel et la Doyenne , sans Kreuziger ou encore Vinokourov. Comment l’équipe kazakh a pu faire d’aussi bons résultats, avec des coureurs assez âgés et pas habitués à s’illustrer sur ces courses, surtout pour Iglinsky ?

Beenkens : Je n’ai pas la réponse, il faudrait leur demander (rire). Surtout que Iglinsky a 31 ans, il n’est pas tout jeune, et jusqu’a maintenant je ne l’avais recensé que sur des courses de type flamande.

CDV : Après avoir littéralement écrasé les classiques flandriennes, Boonen pourra-t-il garder la première place du classement UCI, selon vous ?

Beenkens : Je ne pense pas, car Tom n’est pas assez éclectique. Je ne suis même pas sur que Boonen fera le Tour de France cette année. Mais pour Boonen, sa saison est réussie, maitenant il aura d’autres objectifs, comme les Jo et les championnats du monde. C’est magnifique ce qu’a fait Tom Boonen, c’est aussi l’enseignement de ce printemps. Il y a un an, Gilbert était au sommet et Boonen au fond du trou et les rôles se sont inversés, même si Gilbert s’est très bien repris depuis la Flèche Brabançonne. Comment expliquer qu’un champion soit au sommet ou pas, peut s’y maintenir ou pas ? Je pense que c’est quelque chose qui faut davantage explorer dans le futur. Et peut-etre qu’en répondant à cette question, vous aurez votre réponse pour l’équipe Astana.

CDV : Derrière Boonen, il y eu des déceptions côté belge avec Gilbert, Van Avermaet et d’autres, Boonen est peut-être l’arbre qui cache la foret. Pour vous, le printemps belges est-il reussi ?

Beenkens : Oui, bien sur. Entre Frank Vandenbroucke et l’arrivée de Gilbert à un haut niveau depuis 3 ans, on était très content d’en avoir un dans le top 20. Sur la flèche, on a eu 3 belges dans le top 10 et aujourd’hui matin, la Belgique avait 2 gros candidats pour la victoire (Gilbert et Vanendert), même si ils n’ont pas réussi aujourd’hui, mais d’autres n’ont pas réussi non plus comme les Schleck. En ajoutant Van Avermaet ou Van Den Broeck, je pense que le bilan il est bon. Mais l’année dernière, le bilan était tellement exceptionnelle avec le triplé de Gilbert et les victoires sur le Ronde et Roubaix. Mais n’oubliez pas non plus, pas aujourd’hui car c’était trop dur, mais si Gilbert avait 1 ou 2 équipier en plus au Cauberg et à Huy, il aurait pu en gagner une des deux.

CDV : Pensez-vous donc que Gilbert a pris une mauvaise décision en quittant Lotto pour la BMC ?

Beenkens : Il y a des élements qui nous échappent. Un moment dans la vie, on fait des choix aussi en fonction de certaines choses. Je pense aussi qu’il avait des gens avec qui Gilbert ne pouvait plus travailler, je ne citerais pas de nom. A un moment donné, il a voulu changer quelque chose. Maintenant, tout le monde a besoin d’un temps d’adaptation. Boonen, c’est une exception, il reste dans la même équipe tout le temps et il sait pourquoi il y reste. Si vous vous souvenez bien, quand Gilbert est arrivé chez Lotto, ça n’a pas marché toute suite, il faut un temps d’adaptation, laissons lui du temps. Il a un contrat de 3 ans et la saison est encore longue, avec d’autre objectif plus lointain.

CDV : Pour finir, que peuvent faire les belges jusqu’à la fin de la saison, que peuvent-ils esperer après les classiques, qui sont souvent la période dorée des belges ?

Beenkens : Je suis convaincu, que sans malchance, Vanendert et Van Den Broeck peuvent faire un top 10 sur le Tour de France. Seeldrayers ? Pourquoi pas vu les perfomances d’Astana en ce début de saison (rire). Mais je pense que la grosse clé de cette deuxième partie de saison, ce seront les championnats du Monde. Il y a Gilbert, Boonen en a envie, vous avez Vanendert, Nuyens et d’autres, ça fait un peu beaucoup et j’espere que Carlos Bomans aura les épaules assez solides pour pouvoir gérer tout ça.

Merci Rodrigo de nous avoir accordé cette interview. Nous allons vous retrouver avec plaisir sur les antennes de la RTBF pendant le Tour de France et tout au long de la saison. 
Interview réalisée par Mehdi Khouch

Publicités

Un commentaire sur “Rodrigo Beenkens « Les favoris ont tous eu une panne de reservoir »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s