Liege-Bastogne-Liege : Une surprise, pour changer

 

Parti en solitaire dans la descente de la cote de la Roche-aux-Faucons, Vincenzo Nibali aura longtemps cru tenir sa première victoire dans une grande classique, mais c’était sans compter sur l’improbable retour du surprenant Maxim Iglinskiy, vainqueur à l’arrivée. Les favoris ont une nouvelle fois déçu et les Français ont encore pesé.

Nibali était tout près

Renversant que ce final de Liège-Bastogne-Liège 2012. Au terme d’une course lente et marquée par les mauvaises conditions climatiques, on a longtemps cru assister au premier sacre de Vincenzo Nibali sur un monument du cyclisme. Le Requin de Messine, partit en filou dans la descente de la cote de la Roche-aux-Faucons à 20km de l’arrivée, était en passe de réaliser un numéro solitaire de haute volée. Il comptait même 30 secondes d’avance sur ses poursuivant à l’abord de la cote de St Nicolas, dernière difficulté notable du parcours. Mais surprise était le maitre mot dans cette campagne ardennaise 2012 et un dernier renversement allait briser les rêves du Sicilien. Maxim Iglinskiy, revenu du diable vauvert, allait reprendre l’italien puis le déposer immédiatement sur le faux plat menant à Ans pour aller remporter une victoire de prestige. Le kazakh était dans un jour de gloire, il était probablement le plus fort dimanche. Abonné aux Top 10 sur les classiques, qu’elles soient flamandes ou ardennaises, le coureur d’Astana cueille enfin les fruits de sa régularité et offre à son équipe sa deuxième victoire cette semaine après le triomphe de son coéquipier Enrico Gasparotto au sommet du Cauberg dimanche dernier. Nibali aura eut le mérite d’avoir prit ses responsabilités et d’avoir mouvementé la course, pour notre plus grand bonheur, mais il lui aura manqué un peu de fraicheur sur l’interminable faux plat de Ans.

Des favoris encore une fois absents

Personne n’attendait un tel podium à l’arrivée Et pour cause, on attendait les espagnols Samuel Sanchez, Joaquin Rodriguez ou encore Alejandro Valverde, Damiano Cunego, Jelle Vanendert et même Thomas Voeckler coté français. Mais surtout le favori de cette édition et tenant du titre, Philippe Gilbert. Autant on pensait le Wallon incapable de peser sur les ardennaises au soir de la Flèche Brabançonne, autant Gilbert s’est rassuré et a fait taire les critiques après deux performances encourageantes sur le Cauberg (6ème), puis en haut du Mur de Huy (3ème). Au point de lui réattribuer la pancarte de grand favori avant sa course de cœur. Son équipe et lui auront pris leurs responsabilités tout au long de la course, le Belge se portant même en tête sur la Redoute. Après les premières escarmouches de Vincenzo Nibali dans la Roche-aux-Faucons, on attendait une attaque tranchante du coureur de la BMC, il n’en fut rien. Le Belge aura fini la course à l’arrière du groupe des poursuivants et aura même lâché sur la cote de St Nicolas, image impensable avant la course mais en somme logique au vu du début de saison compliqué du coureur de Verviers. Les espagnols n’étaient pas à la fête non plus. Joaquin Rodriguez, affaibli par les mauvaises conditions météo, aura lâché sur St Nicolas. Samuel Sanchez finit lui 7ème mais sans avoir pu peser sur la course alors qu’Alejandro Valverde a de nouveau été transparent et même disqualifié pour avoir roulé sur une zone réservée aux motos. Le coureur de la Movistar paye son début de saison tonitruant. Damiano Cunego, pourtant sortit en grande forme du Tour du Trentin, fut trop juste pour accrocher le groupe de poursuivants jusqu’au bout. Que dire des frères Schleck, qui malgré leur condition précaire, annonçaientt aux médias tenter quelque chose sur la Doyenne dimanche. Invisibles tout au long de la course, les frères luxembourgeois auront lâché bien loin de l’arrivée. Pari raté.

Mais quelques satisfactions

En revanche, certains coureurs se seront distingués par leur régularité. Jelle Vanendert et Bauke Mollema auront trusté les Top 10 tout au long de la semaine, avec mention spéciale au néerlandais qui sera le seul coureur du peloton a avoir fini dans les 10 premiers sur trois ardennaises, preuve que le coureur de la Rabobank passe un cap cette année mais preuve aussi que personne ne se sera dégager sur cette campagne 2012. Coté français, Europcar a encore confirmé son nouveau statut de moteur du peloton français sur les classiques en pesant tout au long de la course avec un Pierre Rolland des grands jours, finissant avec les poursuivants malgré sa longue échappée de deux heures. Mais aussi et surtout avec Thomas Voeckler, manquant le podium pour une demie roue face à Gasparotto mais qui a démontré qu’il pouvait désormais courir avec les meilleurs sur les plus grandes classiques du calendrier. Place désormais à la préparation du Tour pour le duo de choc de l’équipe vendéenne. Autre satisfaction collective, l’équipe Astana. Au delà de sa deuxième victoire cette semaine, l’équipe kazakh a fait preuve d’une force collective impressionnante sur la Doyenne, plaçant aisément ses trois coureurs protégés (Gasparotto, Kiserlovski et Iglinskiy) avec les meilleurs dans le final.

Et maintenant ?

Ce cru 2012 des ardennaises se termine comme il a commencé, c’est à dire par la victoire d’une surprise signée Astana. Marquée par la faillite des principaux favoris, l’opportunisme des outsiders et la présence de conditions climatiques extrêmes, cette campagne 2012 nous aura offert des moments intenses, comme l’haletant final sur le Cauberg ou la démonstration de Joaquin Rodriguez à Huy, mais aussi des moments d’émotions, en témoigne l’impuissance de Vincenzo Nibali sur le final de la Doyenne et ses larmes à l’arrivée. Désormais, place aux courses par étapes et aux Grands Tours, avec de nouvelles énigmes plein la tête qui ne demandent qu’à être résolues.

Amine Ladouani

Suivre @ChroniqueDuVelo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s