Place au Giro #5 – Avec Frank Schleck


Selon la Gazzetta dello Sport, l’officialisation est une question d’heure. Frank Schleck viendra remplacer Jacob Fuglsang, endossant par ailleurs le leadership de son équipe, Radioshack sur le Tour d’Italie. Un remplacement de dernière minute pour parer la blessure au genou du jeune coureur danois qui remet en question toute la saison de l’aîné d’Andy.

Sur le Giro, avec quelles ambitions ?

Ou également, avec quels moyens. Chaque saison, la fratrie vise un premier pic de forme sur les ardennaises. Mais depuis le début de saison, Frank – comme Andy – est aux abonnés absents. La semaine passée, il est invisible sur Liège, et finit par une anecdotique 23° place. Plus tôt, il est 20° sur la Flèche Wallonne et 12° de l’Amstel. Plus qu’insuffisant pour un coureur de son standing, cité comme l’un des favoris sur Liège-Bastogne-Liège.

On a de par ces résultats bien du mal à évaluer la condition physique de Frank. Si l’on sait que les conditions dans lesquelles ces courses ont été courues ne l’avantageaient pas, il est pour autant utopique de l’imaginer suffisamment en forme pour exprimer toutes ses qualités sur les trois semaines du Giro. Alors, avec quelles ambitions le leader de l’équipe luxembourgeoise peut-il prendre le départ de ce Tour d’Italie au Danemark ? Tout devrait dépendre de sa première semaine. Mais il est difficile d’attendre du lauréat de l’Amstel 2006 un podium final, comme avait pu le faire Nibali en 2010, remplaçant Pellizotti quelques jours avant le départ.

Pour autant, si Johan Bruyneel a choisi l’ainé des Schleck pour remplacer Fuglsang dont la saison était axée sur le Giro, ce n’est certainement pas pour y jouer les anonymes et se servir de l’épreuve transalpine en vue du Tour de France, non. Autant remplacer son leader blessé par un attaquant et miser sur Klöden pour le classement général. Le manager Belge sort agacé d’une campagne de classiques où son équipe n’a connu que la malchance et l’oubli.

C’est donc la course devrait alors décider du leadership entre Klöden et Frank Schleck. Mais même distancé au général, le luxembourgeois se devra de jouer le coup à fond et de ramener des points à son équipe. Il apparait alors clair que Frank Schleck a tout intérêt de viser des étapes de montagne comme il n’en manquera pas en dernière semaine. Mieux encore s’il est déjà distancé. Le maillot rose et ses rivaux auront tout intérêt à le laisser partir de loin et glaner un succès prestigieux. Alors sa première semaine de course devrait décider de sa stratégie à suivre. Si Frank est en mesure de suivre les meilleurs et qu’il est déjà placé au général, il peut alors jouer son va-tout pour viser la meilleure place possible à Milan. S’il est au contraire rapidement distancé, il abandonne le leadership au sein de sa formation et range ses ambitions de classement général pour adopter une stratégie plus offensive dans les étapes qui lui conviennent.

Et puisque la condition du coureur ne devrait sans doute pas lui permettre de rester avec les meilleurs trois semaines sans connaitre un coup de mou, c’est la tactique qui semble alors la plus appropriée. Du moins, Frank ne pourra pas se contenter de suivre son rythme tout au long de l’épreuve.

Quelles répercutions sur sa saison et son équipe ?

En ne jouant pas systématiquement le classement général, le dernier 3° du Tour sera donc en mesure d’aider son frère au mieux sur le Tour, rangeant pour autant toutes ambitions personnelles de classement général. De ce fait, aucune ambiguïté ne sera possible pour la fratrie. Il ne sera alors plus possible à l’un comme l’autre de laisser planer le doute sur le leader désigné, ou de laisser la course en décider. Alors que l’on aura longtemps reproché aux Schleck de se renvoyer mutuellement la pression pour décider du leadership trop tard, la participation de Frank au Giro ne leur laissera plus le choix. Andy serait seul leader désigné pour le Tour de France, avec pour unique ambition l’emporter. Pour ce faire il pourrait alors compter du soutien sans faille de son frère, de toute manière incapable de jouer les premiers rôles sur les trois semaines.

L’autre scénario, bien plus invraisemblable, en vient à penser que Frank ne se sent pas suffisamment fort pour aider son frère en juillet après un Giro épuisant, et se concentre alors sur la Vuelta. Difficile d’imaginer une telle situation quand on connait l’amour du coureur pour la course française. Il est beaucoup plus crédible que Frank mette un terme à sa saison sur les Champs Élysées, au sortir d’un enchainement Giro/Tour.

Quant à Andy, cette nouvelle ne change en rien son programme de course. Une chose devrait cependant se confirmer rapidement, il sera l’unique chance de la Radioshack pour jouer la gagne en juillet. Une pression supplémentaire certes, mais la force d’une équipe entièrement dévouée à sa seule cause et non à deux leaders.La participation de Frank sur le Giro serait alors la meilleure solution possible pour conserver une équipe compétitive en Italie et préserver toutes ses chances de victoire à Paris.

Adrien Picard

Suivre @ChroniqueDuVelo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s