Place au Giro #10 – Rodriguez veut faire mieux qu’en 2011

En forme irrégulière depuis le début de la saison, Purito s’attaque à son sixième Giro. Cette année, sans son compatriote Alberto Contador, le grimpeur catalan devra dynamiter la course lors des arrivées raides afin de monter sur le podium à Milan, ce qui est son objectif.
Un Giro 2011 en dent de scie

Avec un parcours particulièrement difficile, Rodriguez s’attaque à l’enchainement Giro-Vuelta, contrairement à l’année passée où il avait participé au Tour de France, terminant 7ème. Il fait parti des outsiders, derrière les deux Italiens Nibali et Scarponi et l’Espagnol Alberto Contador. Lors des premières étapes, Purito se montre discret, sans perdre de temps sur la très piégeuse étape des Strade Bianche.
Pour la première étape de montagne, l’arrivée se joue en haut de l’Etna. Joaquim Rodriguez perd un peu plus d’une minute, mais reste en embuscade pour la course au podium. A Castelfidardo, étape vallonnée qui lui convient bien, il se fait surprendre par John Gadret, qui attaque de loin. Il échoue à la seconde place. Après avoir lâché plus d’une minute dans le Grossglokner, il en perd deux de plus sur le Monte Zoncolan et pointe déjà à plus de 7 minutes au général.

Il rentre pour la première fois dans le Top 10 lors de l’étape de Val di Fassa, mais se trouve quand même à 9 minutes au général, 4 derrière Vincenzo Nibali, troisième. Il retrouve peu à peu de l’aisance en montagne et se trouve situé 8ème au général avant la dernière étape de montagne, quelques secondes derrière le cinquième, le Bélarus Konstantin Siutsou. Il termine troisième de cette étape et prend la cinquième place au général, qu’il gardera jusqu’à la fin. Quelques mois plus tard il sera finalement classé au pied du podium suite au déclassement d’Alberto Contador.

Aux avants-postes en ce début de saison

Le catalan comptabilise quatre victoires depuis le début de la saison, et pas des moindres. Déjà en vue au mois de mars, il remporte une étape sur Tirreno-Adriatico. Quelques semaines plus tard, il fait très en forte impression au Tour du Pays Basque. A la lutte avec le leader d’Euskaltel, Samuel Sanchez, il remporte deux étapes et termine second au classement général, derrière le champion olympique. Il se déclare prêt pour les Ardennaises, l’un de ses plus gros objectifs de la saison.

Cependant, lors de la première course de ce tryptique, l’Amstel Gold Race, il est mal placé dans le final et ne dispute pas la gagne. Il se rattrape le mercredi suivant sur la Flèche Wallonne. Il attaque au même endroit que Gilbert l’année passée et dépose tous ses adversaires, Vanendert, Gilbert et Albasini. Un soulagement après ses deux secondes places sur cette course. Il fait donc logiquement parti des favoris sur la Doyenne, Liège-Bastogne-Liège. En haut de la cote de la Roche aux Faucons, l’attaque de Nibali surprend tout le monde. Quelques kilomètres plus tard, le coureur de la Katusha tente un contre en compagnie de Maxim Inglinskiy. Ils arrivent ensemble à la cote de Saint Nicolas avant qu’à la surprise générale, le coureur de l’équipe Astana lâche Purito, victime d’une défaillance. Par la suite, le Kazakh remportera la course et l’Espagnol terminera dans le groupe des poursuivants.

Un Giro 2012 fait pour lui ?

Cette année, le plateau du Tour d’Italie sera légèrement moins relevé que lors du Giro 2011. Mais il n’est pas complètement délaissé. En l’absence d’Alberto Contador, les favoris se nomment Michele Scarponi, Ivan Basso, Roman Kreuziger, Rigoberto Uran, Damiano Cunego, Ryder Hesjedal et Jose Rujano. Du beau monde en haute montagne. Mais pas de quoi faire peur à Rodriguez, qui devra toutefois rester au contact dans les cols les plus longs, chose qu’il a souvent du mal à faire. Il aura pour objectif de faire mieux que l’an passé où il était resté sur une 4ème place au général.

Pour réaliser cet objectif, il lui faudra reprendre du temps lors des étapes dites moins difficiles, avec des bosses plus courtes. Mais surtout il faudra suivre les bons grimpeurs le plus loin possible lors des étapes de montagne, sans se dévoiler. La troisième semaine sera la plus difficile et essayer de glaner quelques secondes avant serait une grosse erreur. En montrant trop tôt sa force, Rodriguez sera très surveiller par la suite, la tactique aura donc un rôle très important. Il devra aussi limiter la casse lors du contre-la-montre, sa principale lacune. Mais nul doute que Purito est capable de terminer sur le podium à Milan, et il voudra le prouver à tous ses détracteurs. Avant d’aller faire la même chose sur la Vuelta !

Emile

Suivre @ChroniqueDuVelo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s