John Degenkolb arrive vite !

Il n’a que 23 ans mais déjà un palmarès bien garni. John Degenkolb fait partie de cette génération de sprinteurs montante. Parmi eux il y a deux allemands : Marcel Kittel et donc Degenkolb. Le premier est déjà bien connu, et il semblerait que l’heure du second soit arrivée. De quoi on l’espère, prendre enfin la relève d’Erik Zabel.

Les parcours de Marcel Kittel et John Degenkolb sont très similaires. Formés dans l’équipe allemande Thüringer Energie, ils ont ensuite fait le grand saut. Kittel chez Shimano, Degenkolb chez HTC. L’abandon de la structure américain a obligé le natif de Gera à changer d’air. Il a donc signé en faveur d’Argos Shimano et retrouvé son ancien coéquipier Marcel Kittel. Un duo époustouflant qui n’en finit plus de gagner sur des courses médiatisées. A 24 et 23 ans, les deux Allemands sont bien présents. Et actuellement, c’est Degenkolb qui crève l’écran !

Sorti de l’ombre de Cavendish et Goss

En 2010 chez HTC, les sprinteurs étaient nombreux. Ciolek, Boasson Hagen et Greipel avaient quitté le navire les années précédentes, mais il restait tout de même le roi du sprint Mark Cavendish et l’Australien vainqueur de Milan – Sanremo, Matthew Goss. Ces gros noms n’ont pas fait peur à Degenkolb qui vivait pourtant sa première saison à un tel niveau. Le staff a immédiatement remarqué que le coureur était doté d’un caractère à part, et d’un talent encore plus surprenant. Alors âgé de 22 ans, le coureur a eu sa chance en tant que sprinteur numéro un de l’équipe sur plusieurs courses importantes.

Les premiers résultats sont donc arrivés rapidement. Le GP de Francfort, une étape au Tour de l’Algarve, une autre au Tour de Bavière… N’importe quel néo-pro s’en serait contenté, mais pas Degenkolb. Aligné sur le Dapuhiné, il en profite pour se faire remarquer. Face à Tyler Farrar, Edvald Boasson Hagen et Juan José Haedo notamment, Degenkolb montre qu’il est le plus fort. Il remporte même la seconde étape pourtant très difficile qui arrivait en haut d’une bosse, qui avait éliminé un grand nombre de sprinteurs. La puissance de l’Allemand venait d’être mise à nue !

Une concurrence saine avec Kittel

Cette année, Degenkolb retrouve celui qui est d’un an son aîné : Marcel Kittel. Lui aussi sprinteur précoce qui a déjà gagné sur la Vuelta notamment, il aurait pu faire de l’ombre à Degenkolb. Mais la concurrence entre les deux hommes est très saine et depuis le début de saison, aucun ne s’est montré davantage que l’autre. Degenkolb est lui en train de confirmer ses très bonnes prédispositions de l’année passée avec déjà trois victoires. Deux étapes aux Quatre jours de Dunkerque et une au Tour de Picardie. Des résultats auxquels il faut ajouter une 5e place sur Milan – Sanremo et une 6e sur le GP E3.

La relève du dernier grand sprinteur allemand qu’était Erik Zabel semble assurée avec ces deux bonhommes. Alors on ne dit pas que Degenkolb et Kittel sont « les nouveaux Zabel », loin de là. Le coureur de la Telekom dans ses meilleures années demeurera unique. Mais pour le sprint allemand, voir ces deux talents éclore permet d’espérer gagner à nouveaux des étapes sur les grands tours, et ainsi succéder à Zabel dans le palmarès des meilleurs sprinteurs de l’histoire. Tout en ayant évidemment fait la leur, d’histoire.

Robin Watt

Suivre @ChroniqueDuVelo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s