La chronique bimensuelle de la pédale #4

Vous n’aviez ni la télévision ni internet ces 15 derniers jours ? Pas de problèmes, voici la chronique bimensuelle de la pédale qui revient pour vous résumer cette quinzaine. Les rubriques habituelles sont présentes, avec notamment une image très impressionnante.

On a aimé…

Bradley Wiggins : « Je me concentrerai sur le Tour, pas sur les Jeux Olympiques. » A défaut d’être patriotique, l’Anglais est franc. Contrairement à son équipier de la Sky Geraint Thomas, qui ne disputera pas le Tour, Bradley Wiggins préfère viser la victoire sur un Tour de France qui lui convient très bien. Et sa saison a très bien débuté. Vainqueur de Paris-Nice en mars, il a récidivé lors du Tour de Romandie, grâce à un très bon contre-la-montre final. Cela rappelle le parcours de Cadel Evans en 2011, qui l’a mené jusqu’à la victoire sur les Champs Elysées. Tout comme l’Australien, « Wiggo » disputera le Dauphiné, avant de se rendre sur le Tour, faisant partie des grands favoris, à l’instar de l’ex-champion du monde.

Mark Cavendish : L’homme de Man fait de plus en plus peur à ses adversaires. Il vient de signer deux nouvelles victoires sur le Giro, sans grande concurrence si ce n’est celle de Matthew Goss. Alors est-il vraiment battable ? L’an passé, l’Anglais, encore chez la défunte équipe HTC, bénéficiait d’un train exceptionnel pour le déposer à l’approche des sprints. Cette année, chez Sky, son équipe est d’un très bon niveau mais ne domine pas les débats de la même manière lors des derniers kilomètres. Malgré ça, le champion du monde gagne toujours. Sur le Tour de France, il affrontera en plus de cela les jeunes Kittel et Degenkolb et son ennemi de toujours, Andre Greipel. Ramènera-t-il la tunique verte sur les Champs-Elysées ? Nul n’en doute.

Domenico Pozzovivo : Il y a une semaine, on en parlait comme d’une surprise sur ce Giro. Et bien sur cette première semaine de course, il n’a pas déçu. Vainqueur de l’étape du Lago de Laceno, première véritable difficulté sur ce Giro, il a confirmé sa bonne forme après sa victoire sur le Tour du Trentin. Il aura désormais comme objectif de suivre les meilleurs en montagne, afin de finir dans le Top 5, ou même, pourquoi pas sur le podium, à Milan. Pour cela, il lui faudra éviter de perdre trop de temps sur le contre-la-montre final dans la cité milanaise, son point faible. Mais son explosivité pourra aussi lui servir pour cueillir de nouveau bouquets dans les étapes à venir. Avec une équipe qui l’entoure pour le moment très bien, tout semble possible.

On n’a pas aimé…

Tyler Farrar : A l’inverse de Mark Cavendish, l’Américain réalise un bien piètre début de saison. Aucune victoire, c’est étonnant pour un coureur du talent de Tyler Farrar. Très bon sprinteur, possédant une bonne équipe à sa disposition, il n’a cependant pas la même forme que les autres années. La raison ? Peut-être la mort de Wouter Weytland, il y a maintenant un an. On le sait, c’était son grand ami et son décès lui a fait énormément de mal. Mis à part une victoire à Redon sur le dernier Tour, Farrar n’a pas été au niveau, il y a sans aucun doute un rapport. Une chose est sure, Tyler Farrar doit faire le deuil du Belge et se ressaisir pour espérer conquérir le maillot vert à Paris, sur la prochaine Grande Boucle.

Romain Feillu : Présenté comme le meilleur sprinteur français depuis quelques années, l’aîné de la fratrie risque de se faire voler la vedette par le jeune champion du monde espoir, Arnaud Démare. Pourtant, chez Vacansoleil, équipe homogène, personne ne lui fait de l’ombre. L’an dernier, à la même époque, il avait déjà collecté 4 bouquets. Il vient aussi d’abandonner sur le Giro, après une petite semaine de course, et sans aucune place d’honneur. Désormais, le pensionnaire hollandais devra se concentrer sur le Tour de France, où il rêve d’une victoire depuis plusieurs années mais aussi sur les Championnats de France, avec un parcours qui lui convient bien. Mais il sera difficile de retrouver une forme optimale avant cette échéance.

Nacer Bouhanni : Le jeune sprinteur de l’équipe FDJ-Big Mat, agé de 21 ans, et vainqueur une fois en ce début de saison, vient d’être exclu du Tour de Picardie il y a quelques jours. Après avoir remporté au sprint la seconde étape, les commissaires de la course ont décidé de le destituer de sa victoire et de l’exclure de la course pour avoir gêné des coureurs dans l’emballage final. Finalement, c’est le hollandais Van Hummel qui remporte la course. Après sa victoire la veille, John Degenkolb garde son maillot de leader, qu’il conservera le lendemain, pour s’adjuger le classement général final. Une grosse déception pour Bouhanni qui avaient là l’occasion de se montrer. Il ne l’a pas fait de la meilleure des manières…

La course des deux semaines

Les 4 jours de Dunkerque : Cette course, créée en 1955, se déroule traditionnellement au mois de mai. Contrairement à son nom, elle se dispute en cinq jours, avec cinq étapes. De nombreux champions comme Bernard Hinault, Jacques Anquetil, Johan Museeuw ou encore Stephen Roche figurent au palmarès de cette épreuve. En 2011, c’était le Français Thomas Voeckler qui avait connu la victoire. Cette fois, les deux premières étapes se disputant au sprint ont permis à John Degenkolb de cueillir ses deux premiers bouquets de la saison. Lors de la troisième étape, c’est Jimmy Engoulvent qui l’emporte, prenant ainsi la tête du général après une longue échappée. Puis, c’est le grand coureur de cyclo-cross, Zednek Stybar qui s’impose sur l’étape reine. La dernière étape, se disputant encore au sprint, a permis à Pelucchi de l’emporter, devant l’inévitable John Degenkolb. Au classement général, Jimmy Engoulvent l’emporte, pour une 11ème victoire de sa formation, Saur-Sojasun, cette saison.

La course à venir

Les deux dernières semaines du Giro : Après une première semaine de course démarrant du Danemark, le Giro rentre dans le vif du sujet. Après une deuxième semaine pour les baroudeurs et sprinteurs, la grande difficulté du Giro se présentera en troisième semaine, avec pour débuter, une arrivée à Cervinia lors de la 14ème étape, suivie d’une autre arrivée au sommet le lendemain, au Pian dei Resinelli. S’en suit une étape calme après le jour de repos, puis, c’est le retour à la difficulté avec une arrivée au pied de la station de sport d’hiver de Cortina d’Ampezzo. Après une dernière étape pour les sprinteurs, c’est une arrivée à l’Alpe di Pampeago, où les favoris pourront se replacer, avant la terrible ascension du Stelvio le lendemain, où la décision se fera entre les favoris. Et en dernière étape, le traditionnel contre-la-montre de Milan, où, si les écarts sont très faibles, le classement pourrait être chamboulé. 15 jours passionnants donc.

L’image de la quinzaine

Ces images ne sont jamais belleS à voir, mais il est parfois impressionnant de voir des coureurs tomber, surtout à cette vitesse. Sur cette image, c’est le brittanique Mark Cavendish qui chute, frôlé par Arnaud Démare. Le coureur français a réussi à éviter la chute, mais a été coupé dans son élan, ce qui lui a malheureusement couté le podium. Quelques mètres après, c’est Andrea Guardini qui va devoir éviter le champion du monde à terre. L’Italien s’en sortira par un saut astucieux digne d’un cyclo-crossman. De son coté, Mark Cavendish, vainqueur de l’étape la veille, cédera sa place à son ancien coéquipier Matthew Goss et non pas à Tyler Farrar, qui aurait souhaité gagner sur la troisième étape. Un symbole puisque c’est lors de cette étape que Wouter Weylandt avait perdu la vie…

Emile

Suivre @ChroniqueDuVelo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s