Rodriguez met tout le monde d’accord

Au lendemain de la victoire du Costa Ricain Amador et de la prise de pouvoir de Ryder Hesjedal, le peloton entamait une étape de montagne de 169 kilomètres ; sous la pluie et avec un grand nombre de non-partants. C’est finalement un Italien qui s’impose, devant un Espagnol qui redevient leader.

Un grand numéro en solo

Après quelques kilomètres de course, les attaques fusent. Mais le peloton veille et ne laisse pas partir tout le monde. Seuls deux coureurs ont un bon de sortie : Guillaume Bonnafond (Ag2r-la Mondiale) et Matteo Rabottini (Farnese). Les deux hommes étant très loin au classement général, le peloton les laisse prendre une avance confortable. . Lors du premier col de la journée, le Valico di Valcava, Rabottini fausse compagnie à au français, et se retrouve seul en tête de la course. Au passage, les spectateurs prennent connaissance de l’abandon de Frank Schleck, qui n’aura pas tenu après sa blessure à l’épaule de la veille.

Quelques kilomètres plus tard, le peloton ne roulant pas très fort, un groupe de dix coureurs prend la poursuite de l’homme de tête. On y retrouve notamment Bruseghin, Pinotti, Txurruka, le vainqueur de la veille Amador, mais surtout Damiano Cunego et un fidèle équipier, Diego Ulissi. Ce groupe prend rapidement de l’avance et Cunego se retrouve maillot rose virtuel ! Ce n’est qu’au début de l’avant dernière montée que la Liquigas réagit et fait légèrement retomber l’écart. On se demande alors qui du peloton ou des échappées aura le dernier mot.

Rodriguez à première vue grand seigneur

Dans la descente précédant la montée finale, voyant l’écart avec le peloton se réduire, le vainqueur du Giro 2004 attaque. Mais il est repris par une petite partie du groupe de poursuivants. En tête, Rabottini grimace, il sait que ce sera désormais difficile pour lui. Il chute même dans la descente. Au début de la montée, l’Italien possède à peine plus de deux minutes d’avance sur un groupe de cinq, et quatre minutes sur le peloton. Dès les premières pentes, le peloton explose grâce au travail de l’équipe Astana. Le groupe de cinq en fait de même, tout le monde tente sa chance pour revenir sur Rabottini. Mais alors que le coureur de la Farnese résiste à la perfection, le groupe de poursuivants se désorganise et perd beaucoup de temps.

A 2 kilomètres de l’arrivée et après un gros boulot de la formation Liquigas, Szymd s’écarte. Basso alors seul accélère immédiatement en tête du peloton. Le groupe explose, mais les favoris sont là. Michele Scarponi tente alors de contrer, mais Rodriguez saute dans sa roue. Basso et Henao sont encore là, mais les autres ont du retard. Purito prend alors la décision d’attaquer à son tour, et cette fois personne ne peut suivre ! Le trou avec Basso, Scarponi et Henao se fait très rapidement. Il rattrape alors ce qu’il reste des hommes de tête, jusqu’à Matteo Rabottini. Mais dans un sursaut d’élan, après 100 kilomètres d’échappées dans les jambes, l’Italien résiste, arrive à suivre la cadence de l’Espagnol et bat même Purito au sprint ! Une victoire qui cependant, semble avoir été offerte par Joaquim Rodriguez au courageux coureur de Farnese. Derrière, le trio Basso-Heano-Scarponi arrive avec 30 secondes de retard, les autres favoris quelques secondes après.

Classement de l’étape 15

1.  Matteo Rabottini
2. Joaquim Rodriguez Oliver mt
3. Alberto Losada +23″
4. Sergio Henao +25″
5.  Michele Scarponi m.t
6. Ivan Basso m.t
7. Stefano Pirazzi +29″
8. Roman Kreuziger m.t
9. John Gadret m.t
10. Amets Txurruka m.t
11. Mikel Nieve +36″
12. Ryder Hesjedal +39″
13. Dario Cataldo  m.t
14. Benat Intxausti +44″
15.  Johann Tschopp +52″

16. Paolo Tiralongo  +54″
17.  Thomas de Gendt +1’11 »
19. Damiano Cunego m.t
21.  Sandy Casar +1’17 »
22. Rigoberto Uran  +1’46 »
24. Domenico Pozzovivo +2’05 »
32. José Rujano +4’15 »

Classement général (après 15 étapes)

1. Joaquim Rodriguez Olivier
2. Ryder Hesjedal +30″
3.  Ivan Basso +1’22 »
4. Paolo Tiralongo +1’26″
5. Roman Kreuziger +1’27″
6.  Michele Scarponi +1’36 »
7. Benat Intxausti +1’42 »
8. Sergio Henao +1’55 »
9. Dario Cataldo +2’12 »
10. Sandy Casar +2’13 »
11.  Rigoberto Uran +2’56 »
12.  Thomas de Gendt +3’16 »
13. Domenico Pozzovivo +3’17 »
14.  Johann Tschopp +3’24 »
15.  John Gadret +3’24 »

17. Damiano Cunego +3’45 »
18. Mikel Nieve +4’20 »
22. José Rujano +7’50 »
28. Hubert Dupont +10’26 »
32. Damiano Caruso +12’14 »

Ce qu’il faut retenir

Joaquim Rodriguez a confirmé qu’il était en grande forme, en distançant tous ses rivaux. Les écarts ne sont pas énormes, mais c’est déjà le deuxième gros coup de l’Espagnol, alors que les autres favoris sont pour l’instant restés en retrait. Ivan Basso et Michele Scarponi ont bien tenté d’attaquer, en vain. Ils n’étaient pas assez forts aujourd’hui et se sont cassés les dents sur des rivaux en grande forme. Roman Kreuziger, après avoir fait rouler son équipe à l’approche du dernier col, a parfaitement terminé. Juste derrière Basso, il conserve toutes ses chances de podium final.

Ryder Hesjedal doit lui lâcher sa tunique rose, tout comme Uran et le maillot de meilleur jeune. C’est d’ailleurs son coéquipier Sergio Henao, surprenant de facilité dans l’ascension finale, qui le récupère. Damiano Cunego, en partant de loin, a confirmé qu’il ne viserait plus rien au classement général, alors que les grimpeurs de poche que sont Pozzovivo et Rujano ont concédés plusieurs minutes en quelques kilomètres. Enfin, le Français John Gadret a limité la casse en ne perdant pas de temps, mais il n’a absolument rien repris. Faire aussi bien que l’an passé au général s’annonce donc très compliqué…

Emile Former

Suivre @ChroniqueDuVelo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s