La Chronique bimensuelle de la pédale #5

Vous aimez le cyclisme mais vous n’avez pas le temps de le suivre ? La Chronique bimensuelle vous aidera à ne pas perdre les pédales. Au programme, des bonnes surprises, des déceptions, et un jeune retraité.

On a aimé

Ryder Hesjedal

Si on devait élire la surprise de ce début de saison, c’est sans doute lui qui l’emporterait. Vainqueur de son premier Grand Tour, le Giro, il a étonné tous ses adversaires de part son aisance en haute montagne. Il a su suivre les meilleurs, voir même les battre dans certaines étapes de montagne, avant de réaliser un contre-la-montre exceptionnel le dernier jour, et remporter ce Tour d’Italie 2012, 17 petites secondes devant Joaquim Rodriguez, son dauphin. Le Canadien, révélé en 2010 sur le Tour de France en prenant la 7ème place finale, sera désormais suivi dans tous les grands rendez-vous, même s’il a d’ores et déjà annoncé qu’il ne participerait pas au Tour de France cette année.

Joaquim Rodriguez

Purito est sans aucun doute en train de réaliser sa meilleure saison. Avec déjà 6 victoires à son actif, il fait mieux qu’en 2010, où il fut pourtant vainqueur du classement UCI. Mais sans aucun doute, elle restera avec un léger gout d’inachevé. Pourquoi ? Parce que la Catalan était tout près de remporter son premier Grand Tour ! Il l’aurait même remporté avec un système de bonification similaire à l’année passée. Sur ce Giro, il a remporté deux bouquets, et en a offert un à son adversaire, tel un Contador en 2011. Il a aussi démontré qu’il avait un punch exceptionnel en attaquant à quelques centaines de mètres de l’arrivée, en haut du Stelvio. Enfin, il a prouvé que son niveau de contre-la-montre n’était pas si mauvais en ne terminant qu’à 48 secondes d’Hesjedal lors de l’arrivée à Milan. Mais le Canadien a été plus fort et Rodriguez signe une excellente seconde place au général. Quand à lui, il participera à la Vuelta en aout prochain, où le duel avec Alberto Contador sera très attendu.

Peter Sagan

Jeune coureur de la nouvelle génération du sprint, le Slovaque étonne de plus en plus de part son talent. En remportant pas moins de cinq étapes lors du dernier Tour de Californie, il a écrasé la concurrence, pourtant d’un bon niveau outre-Atlantique, avec des coureurs tel que Boonen, Haussler, Matthews, Ciolek ou encore Van Avermaet. Certes, ces coureurs là n’étaient pas au mieux de leur forme, mais le coureur de la Liquigas ne leur a laissé que des miettes. Avec un tel niveau, le sprinteur de la Sky Mark Cavendish, vainqueur de trois étapes sur le Giro, a de quoi avoir peur pour son maillot vert à Paris. En effet, le jeune sprinteur participera à son premier Tour de France en juillet prochain, avec pour objectif de remporter une ou même plusieurs victoires.

On a pas aimé

Frank Schleck

Non, le coureur luxembourgeois n’était pas venu sur le Giro pour l’emporter. Mais on attendait quand même plus de lui ! Mais, après une blessure lors de la 11ème étape, il a décidé d’abandonner au soir de la 14ème étape, alors qu’il était plutôt bien positionné au classement général. Décidant de faire le Giro à la dernière minute pour remplacer Jakob Fuglsang, il n’était sans doute pas au meilleur de sa forme. On le retrouvera donc en juillet pour aider son petit frère Andy, à remporter enfin la Grande Boucle « à la pédale » comme il le dit lui-même. Et peut-être que derrière cette méforme du début de saison, se cache un objectif, les championnats du monde aux Pays-Bas. A suivre …

Ivan Basso

Lui, il était venu pour remporter le Giro. Et il termine avec une décevante 5ème place. Toujours avec les meilleurs en montagne, mais jamais le meilleur, et très loin sur la dernière étape, en haut du Stelvio, l’Italien n’a pas réussi à remporter pour la troisième fois son Tour national. Mais il dit aussi que « ce ne sera pas (son) mon dernier Giro ». A 34 ans, le Lombard espère vivre encore quelques belles saisons. En attendant, il ira sur le Tour de France, pour « aider Vincenzo Nibali ».

Jose Rujano

Si il y a une belle déception sur ce Giro, c’est sans doute lui. Vainqueur de deux étapes et toujours avec les meilleurs l’an passé, il avait fini 6ème au général. Il était attendu sur ce Giro comme un grimpeur capable de remporter des victoires sur ce Giro. Absent dès la première étape de montagne, on pensait qu’il avait fait une croix sur le général pour se focaliser sur une victoire d’étape, mais il n’en fut rien. Invisible durant les trois semaines, il n’a pas su gérer son statut d’outsider, qu’il ne possédait pas l’an passé. Pour lui, la suite de la saison sera difficile, puisque son équipe ne sera vraisemblablement absente des deux derniers Grands Tours.

La course à venir

Le Critérium du Dauphiné

Habituelle course de préparation au Tour de France, le Critérium du Dauphiné se déroule cette année avec un parcours moins difficile que d’habitude. Après un traditionnel prologue, les coureurs auront droit à une étape de plaine pour des sprinteurs tels que Degenkolb ou Matthews, venus répéter leur gammes avant juillet. Le lendemain se déroulera une étape pour puncheur et baroudeur, ou le maillot jaune devrait changer d’épaule. Après une étape de plaine, un contre-la-montre long de 53 kilomètres se présentera aux coureurs, avec Tony Martin comme grand favori. Après une dernière étape pour sprinteur, les coureurs rentreront dans le vif du sujet avec une arrivée en descente après le col de Morzine. Et le lendemain, ils s’affronteront afin de désigner le successeur de Bradley Wiggins. A noter que, cette année, le plateau sera très relevé, composé d’Evans, Wiggins, Brajkovic, Rodriguez, Sanchez, Nibali, Coppel, Vanendert, Cobo ou encore Thomas Voeckler. Du très haut niveau donc cette année, pour un spectacle garanti.

Pronostique de la rédaction: Victoire de Cadel Evans, devant VincenzoNibali et Samuel Sanchez.

La course de la quinzaine

Le Tour de Californie

Vainqueur l’an passé, Chris Horner et son compatriote américain Levi Leipheimer partaient tous deux favoris cette année. Mais la surprise de ce début de Tour fut plutôt le quadruplé de Peter Sagan lors des étapes de sprint. Après cet exploit, David Zabriskie, ancien vainqueur de la course qui remporte la contre-la-montre et se positionne leader avant l’étape reine, celle du Mont Baldy. Ce jour là, c’est le Hollandais Robert Gesink qui s’impose, devant deux colombiens, Atapuma et Duarte. Le lendemain, pour la dernière étape, c’est encore Sagan qui triomphe. Robert Gesink remporte donc ce Tour de Californie 2012.

L’image de la quinzaine

C’en est fini pour lui. Robbie McEwen, grand sprinteur australien, vainqueur par deux fois du maillot vert du Tour et de plus de 190 bouquets, arrête définitivement sa carrière après plus de dix ans dans les pelotons. Pensionnaire de l’équipe Green-Edge depuis la création de celle-ci en janvier dernier, il termine sa carrière par la petite porte, avec aucune victoire cette saison. Désormais, il fera parti du staff de l’équipe, au moins jusqu’à la fin de la saison, avant une possible reconversion.

Emile Former

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s